Accueil
Quelques sobriquets ou blasons populaires lorrains initialement destinés à ensoter ses voisins

Le lecteur doit avoir à l'esprit que ces sobriquets sont anciens et exprimés dans une langue qui n'a plus cours. Exemple, fou veut souvent dire ici : différent ou extravagant. De plus, les mots n'ont pas forcément le sens qui vient à l'esprit. Le blason du Tholy est un bon exemple !
Certaines expressions paraitront vulgaires mais à l'époque et en particulier à la campagne, on s'exprimait ainsi. Il est très probable que certaines de nos expressions actuelles auraient choquées nos ancêtres.
Il n'en demeure pas moins que certains de ces sobriquets sont très méchants. Que fallait-il faire : opérer un tri pour exclure les plus cruels mais où mettre le curseur ? On pourrait répondre qu'il ne fallait rien publier et laisser sombrer dans l'oubli cette coutume désuette, à méditer !

On s'est plutôt référé aux "frontières linguistiques" du lorrain-roman. Ainsi, le département de la Moselle est coupé en deux sur un axe imaginaire Sarrebourg-Thionville. La langue Platt n'est pas abordée par manque de connaissance de l'auteur (je dis bien langue et non patois !).
A l'inverse, on a franchi la frontière Belge au Nord de la Meuse pour inclure le pays Gaumais, également appelé "la Lorraine Belge" qui est de langue Lorraine romande. Même démarche dans le Bassigny Haut-Marnais dont une partie était lorraine jusqu'à la chute de la forteresse de La Mothe ; ainsi qu'en Alsace Welch mais là, les recherches de sobriquets ont de bien maigres résultats.

Les ouvrages consultés sont très nombreux et feront l'objet d'un complément de publication ultérieurement. Citons pour l'instant les auteurs des principaux documents :
Léon Zéliqzon ;
Lucien Adam ;
Vital Collet ;
Nicolas Haillant ;
Pierre Fève ;
Etienne Olry ;
Henri Labourasse ;
Jean Vartier;
Jérémie Oberlin;
Henri Lepage;
Robert Creusat


ensoter: rendre sot

N'hésitez pas à m'envoyer vos suggestions à cherbe2àfree.fr en remplaçant A accent-grave par arobase

lorey
département Commune Commune
en patois
Sobriquet patois traduction complément
52
Bassigny Lorrain
Blécourt
les bacaoués les chabots (poissons) il semble qu'il s'agisse d'une exception car bacaoué signifie généralement têtard
52
Bassigny
Chaumont
Chaumont,
ville sans renom
femmes sans téton
autant de cocus que de maisons
enfant de Chaumont, beau commencement et peute fin
Chaumont-en-Bassigny, capitale des beaux esprits
52
Bassigny
Chaumont-en-Bassigny
la capitale des beaux esprits... que les "mal-entendants" comprenaient :
la capitale des bas esprits
52
Bassigny Lorrain
Dancevoir
si tu veux belles filles voir,
y faut aller à Dancevoir,
mais pour les avoir pucelles,
y faut les prendre à la mamelle
Dancevoir fut une place forte et la plupart du temps, les filles étaient prétendues de moeurs plus légères en présence de la troupe
52
Bassigny Lorrain
Harréville-les-Chanteurs
les chanteurs ou les chanteurs de St-Hubert les colporteurs du village chantaient un cantique à la gloire de St-Hubert afin de mieux vendre une statuette le représentant
52
Bassigny
Is-en-Bassigny
les belles bacelles les belles jeunes filles il pourrait s'agir de dérision car l'expression "c'est une fille d'Is" n'est pas du tout flatteuse, on met en cause la légèreté des moeurs (bien sûr, c'est une moquerie à prendre au second degré)
52
Bassigny
Montcharvot
les moutelles les loches Il s'agirait d'une variété de haricots ressemblants à des loches cultivés sur ce territoire
52
Bassigny Lorrain
Outremécourt
les foireux (voir Commercy)
52
Bassigny
Saint-Blin
les embeudés les grosses bedaines
52
Bassigny lorrain
Semilly
les limaces
52
Bassigny lorrain
Soulaucourt-sur-Mouzon
les kénas les canards
54 Affracourt Aiffraicot ou Effrôcot les chacattes
les orties
Expression locale : C’ast lo fôhe que hoye lo molin : brelet
c'est le four qui traite le moulin de "brûlé"
c'est celui qui le dit qui y est
54 Allain

les godins jeunes taureaux ou boeufs de trait Un temps, la Commune s'est appelée Allain-aux-Boeufs
54 Allamps
les bots gens de petite taille ou grenouilles et autres batraciens
54 Ancerviller
les covâ Ancerviller aurait été composé de plusieurs hameaux dont l'un s'appellait Couvay, Covâ en patois. Pour d'autres, le sobriquet serait "couvo" qui signifie chaufferette, on se moquerait alors de la frilosité des habitants
54 Andilly
les r’nadoux r’nader signifie rendre (vomir)
54 Anthelupt
Les bourriques
ce sobriquet serait dû au défilé des ânes qui portaient des denrées au marché de Lunéville
54 Armaucourt
Les paillards
54 Arnaville Nauvèle
les peuts Arnaveules Les moches Arnaville Quand sonnaient les cloches d'Arnaville, les villages voisins chantonnaient en se moquant des "Arnaveules"
Voici les cloches de Nauvèle
ding, ding, ding
nous sommes des pauvres gens
nous avons des habits de papier
que nous ne pouvons pas payer


Nous n\'avons pas trouvé la version patoise qui était probablement en vers
54 Arracourt la grand’ Racot ou Raicot
Les républicains
les loups (âpres au gain)
Il y a eu des affrontements politiques dans le village au 19e siècle entre républicains et monarchistes mais on n'est pas sûr que le sobriquet "républicain" vienne de ces événements
54 Arraye-et-Han
Les paresseux d'Arraye
les oies de Han

54 Art-sur-Meurthe ai-si-Meuye
les hauts la queue "Haut la queue" signifie orgueuilleux. Les habitants d’Art avaient la réputation de s’habiller comme les bourgeois nancéiens et donc de paraître hautain
haut la queue pourrait aussi être une déformation de "haut laquais", terme de l'ancien Français
54 Art-sur-Meurthe Bosserville

les bons prieurs
54 Athienville
les monsues les messieux (prétentieux)
également les bigots et les pourris

54 Autrey Ootrey
les chapons sobriquet moqueur d'un prétendant au duché de Lorraine ayant raté sa nuit de noce au château d'Autrey
54 Azelot Haihelaut
les boucs L’ai enragi di boc d’Aihhelaut
Il est aussi turbulent que le bouc d’Azelot
54 Bagneux

les gros bœufs Bagneux, la ferme près de Vernéville en Moselle se disait "Bagnus" ou "Bègneûs" en patois
54 Bainville-aux-Miroirs Bainville-oos-Mureuyes
les entêtés
54 Bainville-sur-Madon
les bainvilains
54 Barbonville
les moo-saulx ou mau-sau (lx sont muettes) littéralement, "les mal rassasiés" mais signifie "les insatiables" ou "jamais contents" ou "les jamais assez".
Moo est généralement écrit "mau" et est une variante de mal dans le sens "pas assez" (les patronymes Maugras et Malgras signifient "maigres, décharnés"). Saulx, ou saules au féminin, est synonyme de repu. Ce mot a très probablement la même origine que saoul

54 Bathelémont Bèthlémont lés bons chèssous les bons chasseurs
54 Battigny Bettenêy
54 Bayon
les couchons les cochons avares ou malpropres
54 Bayonville-sur-Mad
les Physiciens
54 Belleau
Expression : ça i s’cret de Belleau
c'est un secret de Belleau (un secret de Polichinelle)
54 Benney
les innaucents
les bocs
les innocents (les benêts, jeu de mots)
les boucs

54 Bertrambois Bertrambô
54 Beuveille les chabats cha signifie viande en patois (chair)
54 Beuvezin Bûv'zet
54 Bey-sur-Seille les affamés
54 Bezange-la-Grande Bezainge ou Bezangue ou let grande Besingue
les bourriques
54 Bicqueley

les corbeaux
54 Blainville-sur-l’Eau Biainville thius pointus ou fin thius culs pointus ou fins culs. Ce sont les surnoms de la chèvre
54 Blénod-les-Toul Blénod-aux-Oignons les Vichaux les putois
54 Boncourt
les hhoffiats littéralement "les souffleurs" mais signifie "les asthmatiques ; probablement en lien avec une maladie pulmonaire
54 Borville
peute ville vilaine ville
également les bêtes
rime facile
54 Boucq
les bouquins jeu de mots facile
54 Bouillonville
les lajaines les lézards (paresseux) Dans la cour d'école de Thiaucourt à la fin du 19e siècle, les enfants de Thiaucourt interpellaient ceux de Bouillonville :
Bouillonveulle
peute veulle
peutes gens
peuts ofants
54 Bralleville
les bralleveusses

54 Brémoncourt Brémoncot
on ne sait si le nom patois à un rapport avec la variété de pomme bremoncotte ?

les loups (âpres au gain)
54 Brin-sur-Seille
les mendiants

54 Bruley
les trop cueies Les trop cuits (jeu de mots)
également les culs roustis (roussis)

54 Buissoncourt parfois écrit
Buissoncourt-en-France
Bissancot les rendremis les rendormis (voir aussi Haraucourt-La Borde) Selon la légende, ce surnom serait dû à la position de presqu'ile au milieu des anciens étangs. Buissoncourt étant protégé des attaques fréquentes de bandits à la fin du moyen-âge, ses habitants auraient été "placides".
Cette explication est peu vraisemblable puisque le village restait "ouvert" sur Romémont.
Il fut d'ailleurs cruellement touché par la guerre de 30 ans et resta desert 10 ans au moins
Sa position de fond de vallée donc légèrement plus froid que son voisin Haraucourt serait plus plausible. Cette petite différence de température suffit à retarder la maturité des récoltes de quelques jours. Pour ces raisons, les habitants seraient moins prompts que ceux d'Haraucourt, au contraire, "trop pressés".
54 Buissoncourt-Romémont

les grands louvetiers Il semble que Romémont ait été le théâtre de manifestations de louveterie
54 Bulligny

les chats crevés
54 Burthecourt-aux-Chênes Beutecot
les porcs
54 Ceintrey
les choodroneiyes les chardonnerets
54 Cerville
Cercueil avant 1972
Certhiu
les enterrés soit parce que le village est dans une cuvette ; soit un jeu de mots avec Cercueil, qui est destiné à être enterré
54 Chaligny Cheny les Paquants
les pouilleux
paquant pourrait être synonyme de paquin, catholique peu zélé qui ne communie qu'à Pâques
54 Champenoux
les paures gens les pauvres gens
les pouilleux
Comme souvent, il semble que ce soit la valeur agronomique du territoire qui soit en cause
en 1898, Barrès prétendait que les habitants de Champenoux étaient très riches mais le caractère belliqueux du texte rend son auteur méprisable, et si il n'y avait que ça chez cet energumène...
54 Chaouilley Chaouilla les chawattes les chouettes Chaouilley contient toutes les voyelles de notre alphabet
54 Chavigny Chaivgnèye
les coucous
54 Chenevières
les chenevottes
54 Choloy Cholouet
les sotrés
les ânes
Lorsque quelqu'un disait une grosse bêtise, on l'envoyait à "l'académie de Choloy", une académie de roussins d'Arcadie (des ânes)
54 Clayeures thaiyûres les Ouhètes éthiules. les sales écuelles. Egalement les harengs
54 Clerey-sur-Brenon Thièrey les mohhes les mouches la fête a lieu fin octobre, à la saison de mortalité des mouches ce qui fait dire :
Y maingeront di paîté de mohhe
Ils mangeront du pâté de mouches
54 Colombey-les-Belles

les blancs-bec ou les pigeons blancs Curieusement, nos recherches n'ont rien donné sur "les Belles de Colombey" qui pourtant sont un sujet facile !
Il existe cependant une fiauve sur le sujet : Tire-moi haut en patois de la Seille et traduite :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k861606/f151.item
54 Cons-la-Granville

les gras culs
54 Courbesseaux Crebsoau
les mangeurs de pâté de hannetons
Les corbeaux
les mangeurs de veaux
les taureaux
les fous
Il semble que la viande de veau ait été un repas traditionnel à la fête patronale
54 Coyviller Coyvller les thieuvés les cuveaux Locution : c’est tombé juste comme le Maire de Coyviller
Un Maire de cette commune aurait fait une chute et son nez serait tombé au milieu d’une bouse
54 Crepey

les fous Les habitants de Crepey comme ceux de Fraimbois et de bien d'autres villages étaient la cible privilégiée de plaisanteries burlesques sans que l'on sache pourquoi ces villages étaient choisis.
54 Crévic Crévie (*) les hérots les harengs
le hareng est symbole de maigreur
(*) un non-patoisant entend Crévi mais en réalité, le patoisant prononce Crévie. Le dernier "e" est une voyelle quasi-muette spécifique au Lorrain-Roman.
54 Crézilles
les baibies les bavards au sens vantard
54 Crion Créon
54 Custines Condé Condé est l'ancien nom de Custines. Ce n'est pas du patois On aurait pu utiliser ici la citation du marquis de Bièvre :
Condé, les jeux de l'amour et du hasard
54 Damelevières Daimelevères biancs bonnats, tête de couchenats blancs bonnets, têtes de petits-cochons également têtes de poulet
54 Deneuvre
les moutardiers
54 Diarville Diairville


54 Dieulouard
Dieu l'ouâr
(Dieu le garde)
Hherpane
nom patois de Scarponne
En réalité, Scarponne et Dieulouard sont deux villes distinctes et Scarponne, ville gauloise, est disparue depuis longtemps
54 Dombasle-sur-Meurthe Dombaîle ou Dombòle Les Dombalaule-rond-cailloux
54 Domptail-en-l’Air Dompteye


54 Drouville
les égooles et les thieu-thieu les égaux ; thieu était le cri pour appeler les cochons (thiou ailleurs dans le Lunévillois). Dans la région de Metz, tioutiou signifie petit chien et homme faible
54 Ecrouves

les loups
54 Einvaux Ninvoo Les croos les corbeaux croo d’Ninvoo, coiche tes paittes, t’aurais des guiettes
Corbeau d’Einvaux, cache tes pattes sinon t’auras des guêtres (d’argile)
aivau en patois et avault en Austrasien signifient parmi, à travers (Dominique Lorrain, lexique du patois messin, page 4)
54 Einville-au-Jard
les crâs
les jaus (ja au singulier) Vital Collet écrit les geoos
les corbeaux
les coqs
jaus est un calembour entre Jard (rd muets en patois) et jâ, le coq en patois
54 Erbéviller-sur-Amezulle Erbèvller les runès les ruinés
54 Essey-la-Côte
les têtes de jotes têtes de choux ; Dans la Haute Meurthe, la tête de jote est la partie du choux destinée à la choucroute qui elle même s'appelle jote. têtes de jote : injure pas très méchante et assez répandue équivalant à tête de lard ou à tête de linotte
D'après Nicolas Haillant, les habitants de Savigny surnommaient la côte d'Essey "le pauchat d'Samson"
En patois, un pauchat ou pauchot est le chausson formé par la terre argileuse qui colle aux chaussures par temps humide
54 Essey-et-Maizerais
les caquets (bavards?) Le bavard est aussi un poisson ou les veaux ou les bœufs
54 Dommarie-Eulmont Ûmont les lanvaoué (Eulmont) les orvets d'Eulmont
les canaris de Dommarie
les orvets et les lézards sont symboles de paresse
54 Euvezin
les cornas grosse branche de chêne sèche sur l’arbre
54 Favières Févëres
54 Fécocourt

les mangeurs de vache ou les buveurs de goutte (eau-de-vie) ceux qui pouvaient manger une viande autre que la volaille et le porc étaient enviés
54 Ferrières Farrère
les loups
54 Fillières les fagnats Probablement parce que les migrants ayant repeuplé la Commune après la guerre de 30 ans étaient majoritairement originaires de Fagnes aujourd'hui en Belgique
54 Flainval

les renards
54 Fléville Fieuvelle


54 Fontenoy-la-Joute
les grêlons
Joute provient de l'Austrasien "jouste" qui veut dire chou(*). jote qui veut aussi dire chou en patois en est très probablement une variante. Choucroute se dit "fièrejoute" en patois de Moselle. En Gaume, la joute était une variété de choux également appellée chou de Savoie
(*)Austrasien : langue romande de Lorraine du moye-âge. Voir le vocabulaire austrasien de Collignon, 1773
54 Forcelle-st-Gorgon Les Fohhés Fohhé n'est pas un sobriquet mais le nom patois de Forcelles. Il signifie soit fourche (qui serait ici un croisement de voies antiques), soit force (L. Zéliqzon)
citation : les Fohhés, ç'ast des reffinès
Les gens de Forcelles, ce sont des raffinés (ils auraient renoncé au patois plus tôt que les autres villages)
54 Foug
les faouins les perce-oreilles ou pince-culs
54 Fraimbois Frïmbô ou Frébö
les innocents
les fous
Ces sobriquets auraient pour origine les caractéristiques peu flatteuses des contes de Fraimbois
54 Francheville Frinch’velle


54 Fréménil

les piquants le territoire aurait été favorables aux chardons qui sont piquants et les habitants auraient un caractère susceptible, ils lanceraient des piques !
54 Frémonville

les gourmands
54 Frolois Djîsse Ghuize ; les couchons de Ghuise ou les charpagnattes ou les gnoufs Un temps, le village se serait appelé Ghuize.
54 Froville
les vâ-yons les petits veaux ou les veaux malingres
54 Gellenoncourt

les gros sabots
54 Gerbécourt-et-Happlemont Gerbécot-Haipieumont


54 Gerbéviller Gerbiélè les Vérets
les Vérats ?
et les têtes de veaux

54 Germiny

aux trois châteaux, aux belles filles et au bon vin (un des rares sobriquets qui «n’ensotte» pas)
54 Germonville Germonplons les cochons
Germonplons, gros couchons, boivant bein, mangeant bein et n’ valant ca rein
Germonvillois, gros cochons, buvant bien, mangeant bien et ne valant encore rien
54 Gibeaumeix
L’cu d’toré les culs de taureau
54 Glonville
peute ville
peutes gens
peute nation d'enfants
culs de serpent

54 Gogney Gogneu


54 Goviller Gôblè les sahiers
les gôblès sont riches et mentoux
la sahie ou saye est un sceau ou une bassine en bois utilisée, entre autres choses, pour traire. Il est probable que l'on se moque des hommes qui trayent les vaches (ou chèvres) alors que cette tâche était réservée aux femmes
les Goviller sont riches et menteurs

54 Grandménil
los chinsd'Grandmenin les chiens de Grandménil
54 Gripport Grippaut les paures et ghiauroux les pauvres et glorieux
54 Gye

les cochons
54 Haigneville
les agbiaices les pies On ne sait pas si c'est le cas ici mais la pie avait une connotation diabolique dans l'ancienne superstition, comme le chat noir aujourd'hui
D'autre part, le cri de la pie est très souvent jugé agaçant
54 Haraucourt Harâcot ou Haroocot lés farots ou farauds les fanfarons
les trop pressés
les farots parce que le territoire est sensé être plus favorable ce qui aurait enrichi ses laboureurs qui le montraient, voir Serres et Haillainville
Voir Buissoncourt pour "trop pressés"
54 Haraucourt-La-Borde let Bauque les gros mingeoux de ceréhhe Les gros mangeurs de cerises
ou les réveillés

réveillés par opposition aux endormis de Buissoncourt ?
54 Haroué Hhérouè ou Hairouet les boquawès
les cros
les bawés
les têtards. probablement en lien avec les douves du château ou avec le Madon
"les cròs" prononcé avec l'accent, permet de faire un calembour avec "Craon", le nom des châtelains
le bawé ou ban-oué est un lourdaud, personnage rustre
Notons que la seconde partie du nom de cette Commune, OUÉ, est d'origine patoise et signifie gué qui s'écrivait WEY en Austrasien
54 Haussonville Hoossonville les peutes gens Les vilaines gens
également les cochons

54 Hoéville Hoïville les chahouèttes
les chouettes (en patois messin)
également les pauvres gens et les tendeurs de lacet (braconniers par nécessité)
La rue Hargat à Hoéville est une curiosité linguistique. Ce mot voudrait dire secousse en patois. Peut-être une déformation de terrain ou une voirie qui produisait des secousses ?
54 Houdelmont

les bourriques
54 Houdreville
les vôyons
les petits veaux et parfois les barbeaux
54 Jarnisy Jènisi petite région du Pays-Haut lorrain autour de Jarny
54 Jeandelaincourt Jandlinco Les lou hérou les loup-garous "lou hérou" était également un juron
54 Jevoncourt J’voncot


54 Joudreville les griboudins


54 Juvrecourt Juvreco
les rouges talons
les fous

54 Lagney
les maquas ou les miqués ou les grands talons

54 Laître-sous-Amance
les en arés Signifierait "les têtes en l'air" ? dicton : qui passe à Dommartin sans être louché(*)
à Laître sans être moqué
et entre à Amance sans monter
obtient à Bouxières une demoiselle sans la demander
(*)louché : sans doute la mauvaise traduction d'un verbe patois qui voulait dire "lorgné, observé avec curiosité"
54 Landécourt Landécot les couchons les cochons
54 Laneuveville-derrière-Foug
les poux de hais
les faouins
les tiques (poux de bois)
les pinces-cul ou pinces-oreille
poux de bois est souvent le surnom des bucherons
54 Laneuveville-Devant-Bayon Lé Nûveville
vantards, menteurs et faux
54 Laneuveville-Devant-Nancy Let Nûveville
les pendus le gibet y aurait été utilisé plus que de raison
54 Lanfroicourt
les gringalets
54 Laronxe les ronchiarts


54 Lay-Saint-Rémy
les ligeaux les menteurs
54 Lebeuville L’Bueville les lhiaires sopes les claires soupes On se moque de l'avarice
54 Le Ménil-Mitry Meni-Mitry


54 Lemainville L’mainville

Y crooye des oeuyes comme lo St-Joseph di moteiye de L’mainville
Il a les yeux écarquillés comme ceux de St-Joseph dans l’église de Lemainville
54 Lenoncourt L’noncot les mingeoux d’crème les mangeurs de crème et aussi les Allemands Allemand n'a pas du tout le même sens qu'aujourd'hui. Les Allemands dont il est question ici sont très probablement des Lorrains venant du baillage d'Allemagne (Nord-Est de la Moselle) ou des Alsaciens
pour se moquer des pauvres qui devaient se marier, on disait dans ce secteur : ils loueront le chapeau de la Commune Lenoncourt
57 Le Pays-Haut les coütiäds nom patois des habitants de la côte, de la montagne ; ce n'est pas un sobriquet
petite région du Nord de la Lorraine (Longwy, Thionville...)
54 Lexy les grille-bocon
les grille-lard
54 Leyr Ley


54 Lorey

les poires sèches
54 Loromontzey Lauraumontzeiye les chins ou les joseiyes les chiens ou les gros gosiers (goitreux)
54 Lucey Leucy Les bocons (lard sur la tartine) ou les grimés (potage) ou les maquins ou les laoue-hairaoue les verrats ou les loups-garous ou les chachoux (sens inconnu)
54 Ludres

les rôtisseurs Des habitants auraient témoigné pour faire condamner l’abbé Marchal qui fut étranglé puis brûlé en 1757
54 Lunéville L'nainville

54 Lupcourt Licot
les loups
54 Magnières
les filères
54 Maixe
les loups généralement, ce sobriquet veut plutôt souligner un caractère peu sociable et a rarement un rapport avec l'animal lui même
54 Maizières-les-Toul

les grands talons (fées ou sorciers)
54 Malzéville Haute

les magnums, nom d'une variété de pomme de terre de fortes dimensions
54 Malzéville Centre

les bifteks, parce que ses bourgeois faisaient bonne chair
54 Malzéville Bords de Meurthe

les Brochets, parce que la proximité de la rivière permettait de relever les repas ordinairement maigres par du poisson pêché dans la Meurthe
54 Mandres-aux-Quatre-tours

Les trois cents cloches calembour : 4 tours dont 3 sans cloche
54 Manoncourt-en-Vermois Manoncot les piein d’sope les pleins de soupe
54 Maron les Meulsons
54 Mars-la-Tour Mâ lè to, May-la-Tour en Austrasien


54 Maxéville Mahinville
54 Mazerulles Mailhhelure les sauyes les soies (de porc)
54 Méhoncourt M’honcot les carcaiyattes les cailles
54 Ménil-la-Tour
les ouètes poulains les sales poulains sale dans le sens inefficace
54 Mercy-le-Haut Mehhy-l’-Haut


54 Méréville

les grandes oreilles (ânes ou victimes d'une épidémie ?)
54 Messein
les serzins
les sarrasins
54 Minorville
les harrouards ou les fous
Le sobriquet "fou" n'a probablement aucun rapport averc la santé mentale. Il s'agit plutôt de souligner une extravagance
54 Moivrons Mouèvron
les oiseaux
54 Moncel-lès-Lunéville Moncèye les hauts huppés Il y eut un hippodrome qui attirait du "beau monde"
54 Moncel-sur-Seille Moncèye les tiu-crottès les culs crottés les sobriquets de ce genre font allusion soit à une terre argileuse donc collante et salissante,
soit à une voirie en piteux état, salie par des excréments d'animaux
54 Mont-l'Etroit
les pouhhés Les cochons
54 Mont-le-Vignoble
les couleuies Les couloirs, sorte d'entonnoir pour filtrer le lait
54 Morey Màry
54 Moriviller les ouetes panés les sales chemises ou sales robes probablement salis par une voirie très boueuse à certaines périodes de l'année. Voir Moncel-Sur-Seille, Royaumeix et St-Clément
54 Moyen Moyin les bocottes
qui qu'en grogne
les bocottes sont des tas de foin, mais surtout de regain dans les champs
qui qu'en grogne était la devise du château de Moyen. Elle signifie : malgré la grogne, malgré le mécontentement

54 Nancy Nanceye On disait :
Qui a maison à Nancy
a château en Lorraine

Chaque seigneur lorrain tenait à avoir maison avec pignon sur rue à Nancy
54 Neuves-Maisons

les mésanges
54 Neuviller-sur-Moselle Nûvler
les loups
54 Nomeny Nomenïn


54 Ochey
les caidants
Expression : prendre une hypothèque sur les treiches (friches) d'Ochey
accepter une garantie sans réelle valeur
les terres d'Ochey étant jugées sans grande valeur agronomique
54 Omelmont
les quawès les collés se dit des chiens qui restent accouplés après le coït
54 Ormes-et-Ville Yaurrmes

Expression locale :
Et let Saint-Gengoult, quand on caupe in chadhion, y en revint dous
A la St-Gengoult, quand on coupe un chardon, il en revient deux
54 Pagney-derrière-Barine

les sangliers
54 Pannes
les ponas

54 Petit-Failly
les saut'la haye
un "saute la haie" est un personnage résigné, qui s'exécute de bonne grâce
54 Pierre-la-Treiche
les pierres treiche et pierres sont synonymes de terrains secs donc peu productifs (plus de pierres que de terre) ; même si le jeu de mots facile est évident avec pierre
54 Pierreville
Peutes gens, peut affants
les orcas
Vilaines gens,vilains enfants
Les jars

54 Pont-à-Mousson, rive droite
les foireux enfoirés au sens diarrhée
54 Pont-à-Mousson, rive gauche

les bouquins, sans doute à cause de l’université
54 Pont-Saint-Vincent
les paquants paquant pourrait être synonyme de paquin, catholique peu zélé qui ne communie qu'à Pâques
54 Praye-Sous-Vaudémont Prêy les Prêons
les boibois
prêon ne semble pas péjoratif
les bonasses

54 Pulligny Peullegney
les loups à cause des gargouilles représentant des loups sur une ancienne maison seigneuriale
54 Remenauville

les carottes peut-être par manque d'imagination, beaucoup de sobriquets proviennent d'une plante cultivée
les chieurs de cumins à Sarreguemines
54 Réméréville Rem’rainville Les brooves gens
les vahhes rochats
Les braves gens
les verts habits
le rochat était un habit de cérémonie, parfois appellé "queue de morue"
"braves gens" n'est peut-être pas un sobriquet flatteur
Un tailleur d'habits aurait eu à écouler un stock de tissu vert
54 Rosières-aux-Salines Rozères les oua-oua le goitre aurait été une maladie fréquente à Rosières. Dans le cas présent, elle aurait empêchée la prononciation de certaines consonnes
Rappelons que le but de ces sobriquets est d'ensoter (rendre sot) ses voisins !

54 Roville-devant-Bayon Rauville


54 Royaumeix R’haumèhïe les ouètes painés
qu’nont point d’awe poue los bier
les sales jupons
qui n’ont point d’eau pour les laver

54 Rozelieures Rozelûres


54 Saint-Boingt Sa-Bois ou So-bois
en Moselle, Sint-bwès signifie daphné, une sorte d'arbrisseau
Léon Zeliqzon, dictionnaire des patois romans de la Moselle page 623
les bouris les canards de barbarie on ne sait pas si ce surnom est dû à l’élevage de canards ou aux nombreux débordements de l’Euron :
Les habitants avaient alors les pieds dans l’eau comme les canards
54 Saint-Clément Saint-Tcheumat
les culs de pot de camp Pourrait signifier "culs noirs" ou "culs sales" (voir Moncel-sur-Seille et Tressange)
54 Saint-Germain
les chins les chiens
54 Saint-Mard Saint-Maid
les loups (avares)
54 Saint-Max Dans la ville en 1972, on entendait parfois Saint-Mâa

54 Saint-Remimont Saint-R’memont les grand’ paches
les poères saches
Les grandes poches (ou basques?)
les poires sèches
grand’ paches signifierait grandes basques que les tailleurs d’habits locaux faisaient plus longues Pour se démarquer de leurs confrères
On prêtait aux habitants le vilain défaut de secouer trop vigoureusement les poiriers de bord de route pour chiper les fruits, d'où le sobriquet "poires sèches"
54 Saint-Rémy-aux-Bois
les chaittes les chats
54 Sanzey

les chats crevés
54 Saulxerotte Saucwratte l’pue paure villaige d’au daibe le plus pauvre village d’au diable
(de n’importe où)
Expression à propos des filles de ce village :
elles vont toujours grignant
se plaignant du mal de dents
grigner signifie grincer des dents
54 Saulxures-les-Vannes Socher Socher los Lecifer (ça rime) Saulxures les lucifer
54 Saxon-Sion Les bodons les hannetons également les saxons mais c'est tellement facile...
54 Selaincourt

les hauts bonnets
allusion à la richesse supposée des habitants

54 Seranville
les cochons
54 Serres en Austrasien, serre voulait dire serrure les herr les messieux
gens riches ou parvenus
herr en patois se traduit par hère mais n’a pas le même sens qu’en Français actuel
54 Sexey-au-Forges

les béliers ; les voleurs
54 Sommerviller Smaivller les ouèrés
les bans caoués
Ouèré signifie « taureau » mais c’est aussi un pseudo-juron qui veut dire filou, roublard… Selon la légende, le taureau banal aurait été brûlé et ses cendres épendues sur les autres bovins pour les guérir d'une épizootie
le territoire (ban) est très court côté Dombasle d’où le surnom «ban coupé» (ban caoué)
Il y a un lieu-dit le bois brûlé mais d'autres pensent que ce sobriquet est dû au supplice par le feu d'un ou plusieurs sorciers ?

54 Sornéville Soneinville les piaidhioux les plaideurs il y a une expression patoise en Moselle qui dit : "ç'at i piaidhiou, i chicanou" : c'est un plaideur, un chicaneur.
54 St-Nicolas-de-Port Senncolais
les braillards ou gueulards à cause des gargouilles de la basilique qui donnent l'impression de hurler Une autre version prête aux habitants de St-Nicolas le défaut d’être extrémement bavards
54 Thélod
les cueies les cuirs (expression de mépris)
54 Thézey-Saint-Martin Taixey en Austrasien mais vraisemblablement Taiχey
54 Thorey-Liautey
les torés (calembour) les taureaux
54 Thuilley-aux-Groseilles
les bocattes les biquettes (chèvres) La chèvre est l'animal du pauvre
54 Tonnoy Tonneau fin mauvais les fins-mauvais ou les fourbes qui ne respecteraient pas la parole donnée
54 Toul Toue (le e est une voyelle quasi-muette ; voir Crévic) Les enfruns

Urbs pia, urbs prisca, urbs fidelis
Enfruns peut signifier à la fois audacieux ou insolents ou insensés
ville pieuse, ville ancienne, ville fidèle


Ce à quoi il était répondu :
Toul ville puante, ville sonnante, ville médisante




54 Tramont (les trois Tramont) Trémo
54 Trondes
les maquins
ou lo oue-hairaoue
les verrats
les loup-garous
lo oue-hairaoue est surtout destiné à se moquer du patois local
Expression locale : les cercueils n'ont pas de poche ! (on n'emporte rien)
54 Uruffe Yaireuf
ai Yaireuf, l’diabe y creve
les canards
A Uruffe, le diable y crève (de faim)
allusion à la pauvreté des sols agricoles
également surnommés les canards
Jamais bon vent
ni bonnes gens
ne sont venus d'Uruffe
54 Vacqueville
les loups
54 Valhey
les hoot-houppès les hauts-huppés
les coqs
les messieurs
à travers ces sobriquets concordants, on sent la vanité moquée
54 Vallois
les Lampons le vin de Vallois,
plus qu'on en boit
plus qu'on se tient droit
| ce vin avait probablement la réputation d'être très faiblement alcoolisé
54 Vandeléville Vòdneyville les coluvris les couleuvres mais plus généralement couleuvres aussi bien que vipères
54 Vandelainville les Vanderlèches
54 Vannes-le-Châtel
les pailottes petites cloches
les grenouilles

54 Varangéville Vargenville
les gourmands Les insultes entre les paturaux de Varangéville et les habitants de St-Nicolas sont notoires !

54 Vaudémont Vôdémont les cròs
les orgueilloux
les corbeaux
les orgueuilleux
Vôdémont, peute ville, grand renom
Vaudémont, vilaine ville "ou petite ville", grand renom
dans le patois local, peute (vilaine) et piate (petite) se prononcent presque pareil. Selon que l'on habitait Vaudémont ou l'extérieur, chacun prenait le sens qui lui plaisait
54 Vaudeville Voideville les bêtes de derri lo chaité … de derrière le château (d’Haroué)
54 Vaudigny Voîd’gnaigne ou Wêgnèy

les Wêgnèy, têtes de ch'nêilles
les Vaudigny, têtes de chenilles
54 Velaine-en-Haye
les v'lains
les vilains
54 Velaine-sous-Amance

les postillons Il y aurait eu un relai de poste à Velaine
Lapalissade de Velaine : tournez-vous comme vous voulez, vous aurez toujours le cul derrière ! (J. Lanher)
54 Velle-sur-Moselle Vèle les manres les mauvais (de mauvaise foi)
54 Vennezey au 20e siècle, on entendait parfois prononcer Vann'zée
54 Verdenal

les corbeaux
54 Vezelise Véhelîhhe ; Vezliche ; Vehlîche ; Vechlîche ; Véjlîche
le pot-de-chambre de la Lorraine dicton : il n'en fait qu'à sa tête comme le chapelier de Vezelise qui ne fabriquait qu'un seul modèle de chapeau, quelque soit le tour de tête du client
54 Vigneulles V’gnûles les poussaîs les poursuiveurs Les habitants auraient poursuivi ceux de Barbonville qui leur avaient volé une statue miraculeuse
54 Villacourt V’laicot
les ours Le dernier ours lorrain aurait été tué dans les bois de Villacourt
54 Ville-en-Vermois

les frimbois A l’instar des habitants de Fraimbois, ceux de Ville auraient tenté de déplacer leur église en la faisant rouler sur des petits-pois
54 Villers-lès-Moivrons

les cocus l'église est sous le patronage de St-Gengoult, par ailleurs "patron des cocus". Ceci explique probablement cela !
54 Villey-Saint-Etienne Veilley
Dicton : vieux comme le chemin de Villey-st-Etienne
54 Virecourt Vircot les coguelattes les cordelettes (présentes sur le blason du village)
54 Viterne
les tayeuies ou tayenins écuelle de bois pour puiser dans la cuve où fermente le raisin sous-entendu l'accessoire de l'ivrogne
54 Vitrey
Paures et dyôrioux Pauvres et glorieux
54 Vitrimont
les couchons les cochons
54 Voinémont
les chardonnerets De Ceintrey et Voinémont, y n’i et qu’ein soot d’mouton
De Ceintrey à Voinémont, il n’y a qu’un saut de mouton
54 Xermaménil Hhaméni ou Kmammeni les fourmis rouges
La lettre X a mal remplacé le son lorrain hh inexistant en Français qui ressemble au j Espagnol ou au χ grec
54 Xeuilley Hheuyet
La lettre X a mal remplacé le son lorrain hh inexistant en Français qui ressemble au j Espagnol ou au χ grec
les chairpougnottes (panier large sans anse) mais on dit aussi charpagnattes à propos des habitants de Xeuilley
les cachattes
Il semble qu'ici, on parle des fabriquants de paniers
les cochettes (petites truies)
ou encore Les arabes ce qui veut probablement dire les gitans. A relier au premier car les gens du voyages vendaient souvent des paniers
Le jour de la fête, le chef de maison s’écrie :
Y aitache toros ? (y sommes-nous tous)
Tiageons nos oches (tirons nos portes)
Pour nous protéger des pique-assiettes

54 Xirocourt Hhraucot ou Chrôco les thieuyes les cuirs (à cause d’une ancienne tannerie)
La lettre X a mal remplacé le son lorrain hh inexistant en Français qui ressemble au j Espagnol ou au χ grec
55 Abainville
les diables d'enfer Il est possible que le feu des forges locales ait inspiré une similitude avec l'enfer
55 Aincreville
les boucs
55 Amanty
les kounabiques les cornes de chèvres la chèvre était considérée comme "la vache du pauvre"
55 Ambly
les bouses
55 Amel (sur l'Etang ?)
les prunelles rime facile
55 Ancémont
les hougne hougne ce serait le cri attribué au cochon de lait
55 Ancerville
les ouaiselots les oiselets
55 Andernay
les Chaïants
55 Apremont
les escargotis
les mangeurs d'escargots
55 Audainville

les ânes
55 Aulnois-sous-Vertuzey

les blanches culottes
55 Autrecourt-sur-Aire

les mulets
55 Auzécourt

les coucous
55 Auzéville Auzaïeville les acrans
55 Avillers
les catouches

55 Avillon
les cartouches

55 Avioth
les coqs
55 Avocourt les popets probablement un lien avec la poterie
55 Azannes
Les bocawés les têtards
55 Baalon les couillons
sans doute pour la rime
55 Badonvilliers
les badoncaboches
les denrées

55 Bannoncourt
les coquins

55 Bantheville
les frapouilles les guenilles

55 Baudrémont
les moucherons
55 Barrois, pays de Bar
dans certains documents, ses habitants sont nommés «les Baricots» sans que cela ne paraisse péjoratif

55 Baudignécourt
les Colins ce patronyme aurait été très fréquent parmi les habitants
55 Baudremont
les moucherons
55 Bazincourt
les lièvres
55 Beauclair
les Lampions jeu de mots, les lampions éclairent !
55 Beauzée-sur-Aire
les vaniteux citation :
Si l'on passe à Beauzée
sans être moqué
à Waly sans être crotté
à Clermont sans être volé
on peut passer partout
55 Behonne
les cagnas
les paresseux
les lièvres
55 Belleray

les canards
55 Belleville

les échalas
55 Belrain Bérain les Beuneyes ou les ganelons ganelon a un rapport avec une félonie
55 Beney (Beney-en-Woevre ?)

les têtes de veaux
55 Béthelainville
les Gargans
55 Beurey-sur-Saulx les bewlottes ou buirottes les burettes on se moque de leur maniaquerie à graisser trop souvent les roues de chariots
55 Bettelainville

les lave-langes
55 Bezonvaux

les sangsues
55 Biencourt Biencou
les loups
sans doute pour la rime
55 Billy-lès-Mangiennes

les loups
55 Bislée
les Bilotins
55 Blanzée

les oies
55 Boinville

les bleus
55 Boncourt
les pâtés pourris

55 Bonnet
les taureaux

55 Bonzée-en-Woëvre
les insensés

55 Bouconville
les fourchettes

55 Boucquemont
les sangliers

55 Bouligny
les Barbets

55 Boureuilles
les cailloux

55 Bouvigny
les loriots

55 Bovée
les loups

55 Boviolles
les corneilles

55 Brabant-le-Roi

les belettes
55 Brabant-sur-Meuse

les préfets
55 Braquis

les champignons
55 Brasseitte
les matoyaies les mangeurs de maton (lait caillé)
55 Bras-Sur-Meuse
les cawés ou cawes on ne connaît pas le sens de ce sobriquet mais certains le rapproche de «cawete » : petite queue

55 Bréhéville
les Carbulots

55 Breux
les Breulots

55 Brieulles
les Brialants

55 Brillon-en-Barrois
les pommes moûtaies ou mou taies
les pommes mi-cuites
55 Brixey-aux-Chanoines
les quéci-quéci (cri de la grenouille)
les quinquets

55 Brizeaux
les messieux
55 Brocourt
les mulsons les limaçons
55 Brouenne
les cawes les petites queues
55 Broussey-en-Blois
les broussecailloux
55 Broussey-en-Woëvre
les monn'dés les mon-Dieu
55 Burey-la-Côte
les canards
55 Burey-en-Vaux
les gravelles les vérons
55 Bussy-la-Côte
les craipés les crapauds
55 Butgnéville
les grenouilles vertes
55 Buxières
les serpettes et les corbillons (outils de vanniers)
55 Buxerulles
s les chèvres pendues
55 Buzy
les gaillots les chevreaux
55 Cesse
les oies
55 Chaillon
les pawteyes du nom d'une bouillie
55 Chalaines
les brames
55 Champneuville
les vilains
55 Champougny
les gravelles les vérons en patois, un chan-pouni (Jean pouni) est un homme plus attiré par les tâches féminines que masculines
55 Chardogne
Les chardonnerets
55 Charny
les cawés ou les cawes Les sans-queue ou les petites queues (voir Bras-sur-Meuse)
55 Chassey
les assalés les altérés (assoiffés) Il semble que la Commune ait connu quelques problèmes pour s'approvisionner en eau
55 Chattancourt
Les Chatacawates les queues de chat ou les chats qui louchent
55 Chatillon-sous-les-Côtes
les haricots
55 Chauvoncourt
les sans poils
55 Chonville
Les grêlés probablement à cause de la petite vérole qui marquait les visages
55 Cierges-sous-Montfaucon
les cirgeottes Voir Gesnes 55
55 Clermont-en-Argonne

les pêche-lune
les martin-pêcheurs
les trognons de Vraincourt (écart)
On prête aux habitants l'idée de vouloir pêcher la lune qui se reflète à la surface de l'eau
Voir aussi Pierrefitte ainsi que Beauzée 55
55 Clery-le-Grand

les boucs
55 Clery-le-Petit

les boucs
55 Combles-en-Barrois

les comblés
55 Combres

les boeufs
55 Commercy les foireux
soit parce que la ville avait de nombreuses foires, soit parce que ses habitants aimaient se rendre à la foire, soit à cause d'une épidémie de dysenterie
55 Consenvoye

les goujons
55 Corniéville les cornards

55 Courcelles-aux-Bois
les poux de bois
55 Courcelles-sur-Aire
les Agathoies du nom de la patronne, Ste-Agathe
55 Cousances-aux-Bois
les huppes les coqs de bois
55 Cousances-aux-Forges
les couseurs
55 Courcelle-aux-Bois
les poux de bois
55 Courcelle-sur-Aire
Les agathos en lien avec la patronne de la paroisse : Ste-Agathe Voir aussi Pierrefite 55
55 Cousancelles
les tarins
55 Couverpuis
les bocawés les têtards
55 Crépion
les croupions
55 Cuizy
les ânes
55 Culey
les hannetons
55 Cumières
les bâtons
55 Cunel
les lièvres
55 Dagonville
les moucherons
55 Dainville
les craipés de Berthéville les crapauds
55 Dainville de Dainville-et-Bertheléville
les veaux
55 Damloup
les loups sans doute pour la rime
55 Dammarie-sur-Saulx
les sauciers
55 Damvillers
les gueules vertes ; ce qui serait en lien avec la petite vérole Voir Verdun
55 Dannevoux
les gouvions pâmés les goujons pâmés.
On se moque d'une terre où la sécheresse fait régulièrement des ravages
Les dannevoutis

55 Darmont

les écrevisses
55 Delouze
les hannetons
55 Delut

les sureaux
55 Demange-aux-eaux

les loups-garous (sorciers)
55 Deuxnouds-aux-bois
Ousque la chèvre a pris le loup les habitants seraient particulièrement rusés
55 Deuxnouds-devant-Bauzée
les gaillots les chevreaux ou cabris
55 Dieppe (Dieppe-sous-Douaumont ?)
les malots taons ou bourdons
55 Dieue
les bocawés les têtards ; également les oies
55 Dombras
les loups les habitants seraient peu communacatifs, peu sociables
55 Dompcevrin
les pawteyes du nom d'une bouillie
55 Domrémy-aux-bois

les canards
55 Domrémy-la-Canne

les canetons
55 Doncourt-aux-Templiers
les bacaoués les têtards
55 Doulcon
les goujons pâmés voir Dannevoux
55 Drillancourt les déflattés les mésestimés, ceux qui valent mieux que leur renommée
55 Dugny

les verrats
55 Duzey

les pissenlits
55 Ecouviez
les Couvis les couvains ou couveurs ?
55 Ecurey
les écureuils
55 Eix
les gnâsgnâs
55 Epinonville
les jars
55 Érize-la-Brûlée
les Brûlots
55 Érize-la-Grande
les hannetons Voir aussi Pierrefitte, 55
55 Érize-la-Petite
les moucherons
55 Esnes
les coqs
55 Étain
Voir Verdun
les éteignoirs (jeu de mots facile)

55 Éton
les noirs
55 Étrayes
les malins il s'agit probablement d'une allusion au diable
55 Euville
les dindolets Dindolet pourrait signifier indolent
les philosophes (peut-être à prendre au sens de la résignation comme à Nitting en Moselle ?)

55 Fains-lès-sources
les chiens de Fains
55 Flabas
les rats
55 Flassigny
les hochas les hocheurs (de tête)
55 Fleury-devant-Douaumont
les gaillots les chevreaux ou cabris
55 Foameix
les vergozaux les grenouilles vertes
les pâmés

55 Fontaines
les ânes
55 Forges-sur-Meuse les bewlottes ou buirottes les burettes on se moque de leur maniaquerie à graisser trop souvent les roues de chariots
55 Foucaucourt les pawtis
du nom d'une bouillie
55 Fouchères
les coûnailles également les fous
55 Fresnois-la-Montagne Franeu lai Montàgne

55 Froidos Fradoue les boudattes nombril ou bedaine
55 Fromezey
les fourmis : acharnées au travail
55 Futeau Futiau
les sauvages
55 Génicourt-sous-Condé

les Gogons
55 Génicourt-sur-Meuse

les coucous
55 Gercourt-et-Drillancourt les déflattés de Gercou déflattés contraire de flatté ; les mésestimés, ceux qui valent mieux que leur renommée
55 Gery les grelots
55 Gesnes-en-Argonne
les gegneaux de Gesnes Celui qui peut aller
à Gesnes sans se crotter
à Montfaucon sans monter
et à Cierges sans être moqué
peut avoir la plus belle fille du monde
sans la demander

55 Gessainville
les maquejons tubercule de la gesse tubéreuse
55 Gibery
Gibery, la capitale des grenouilles
55 Gincrey
les pâmés
55 Gironville
les magounots les magots
55 Girauvoisin
les godins les veaux mâles
55 Givrauval
les saloirs
55 Gondrecourt-le-Château Gondrecoue les plats culs
55 Gouraincourt

les coucous
55 Grémilly
les pâmés
55 Grimaucourt-en-Woëvre Grimaucou les loups
sans doute pour la rime
les pâmés
55 Grimaucourt-devant-Sampigny les grimanciens (en lien avec la sorcellerie)
une allitération (Grimaucourt, grimancien) + une allusion à la sorcellerie, voilà les ingrédients d'un sobriquet !
55 Hadonville-lès-Lachaussée
les craipés les crapauds
55 Han-lès-Juvigny

les boucs
55 Hannonville-sous-les-Côtes
les caramcamans
peut-être en rapport avec les étameurs et autres ferblantiers souvent surnommés "les caramagnas"
55 Han-sur-Meuse

les goujons
55 Harville
les cloutiers
55 Hattonchatel
les chations
55 Hattonville
les Carmouche
55 Haucourt
les culs roussis
55 Haudainville
les ânes
55 Haumont-lès-Lachaussé
les chats
55 Haumont-prés-Samogneux
les chaches ou chechots les sacs on se moque des vêtements
55 Hautecourt
les boucs
55 Heippes
les boucs
55 Heudicourt
les chèvres pendues
55 Horville
les loups
55 Houdelaincourt
les culs de chaudron allusion probable à la saleté
55 Inoncourt
les frapouilles les guenilles
55 Inor
les gaillots les chevreaux ou les cabris
55 Ippécourt

les courts talons
55 Iré-le-Sec
les gaïès
une bouillie grossière pour les périodes difficiles
55 Jametz
les clayla les clair-lait (petit-lait)
55 Jonville
les godots
les verres à boire
55 Jouy-devant-Dombasle

les canards
55 Julvecourt ou Julvécourt ?

les Pierrards ou Pierrons ces patronymes auraient été très fréquents parmi les habitants
55 Juvigny-sur-Loison

les poissons
55 Labeuville

les plats culs
55 La Chaussée La Chaulcie (en austrasien)

55 Lacroix-sur-Meuse
Les plats poux
55 Laheymeix
les loups
55 Lamarche-en Woëvre
les macas les têtards
55 Lamorville
les mouille-cul
55 Laneuveville-sur-Meuse
Les nieuvillains également les corbeaux
55 La tour-en-Woëvre Latou
les laws les loups sans doute pour la rime
55 Lavigneville
les godins les jeunes veaux mâles
55 Lavincourt

les coucous
55 Lavoye
les lapins
55 Le-Bouchon-sur-Saulx (localisation incertaine)
les Bouchés
55 Lemmes
les poils de pourceaux (de cochons)
55 Lempire
les culs grillés
55 Le Neufour
les galettes aux navets
55 Lérouville
les épaisses oreilles en lien avec une épidémie
55 Les Eparges

Les excommuniés
55 Les Islettes Lis Islattes les hâzis les brûlés ou les roussis
55 Les Marats
les marandés les maraudeurs
55 Les Monthairons

Les goujons pâmés voir Dannevoux
55 Les Roises les Roûches
roûche signifie routoir : l'endroit où l'on fait rouir le chanvre
55 Les souhesmes-Rampont
les oies
les côtes en long de Rampont
55 Lignières
les gratte-salières
55 Ligny-en-Barrois Liné les bouzats
les linotiers
Le bouzat est un gros chardon qui figure dans le blason de la ville
les habitants de Ligny se nommaient eux-même «linotiers»

55 Lion-devant-Dun
les mulsons les limaçons
55 Lissey
les alendrons les hirondelles
les jeteurs de sorts

55 Loisey les Prêcheurs en lien avec le protestantisme
55 Loison les bouche-culs
55 Longchamps les ducs
55 Longeville les tripailles
55 Louvemont les croquillons les escargots on se moque de la prétendue lenteur
55 Louppy-le-château
les gaillottes les chevrettes
55 Louppy-sur-Loison
les blancs culs
55 Loxeville Loceyieville
55 Luméville-en-Ormois les canards
55 Luzy les ratons
55 Maizerey les frapouilles brûlées les guenilles brûlées
55 Malancourt les culs roussis
55 Mandres les gueux
55 Mangiennes les canards
55 Manheulles les fous
55 Marbotte
les poux de bois
55 Marchéville
les braillards
55 Marre
les prunes

55 Marson
les torchons
rime facile
55 Martincourt
les martinets
sans doute pour l'allitération
55 Marville
les hachettes
55 Marvoisin
les sevrés
55 Maucourt
les michottes une michotte est une petite miche de pain ou un bollet (champignon) A Nancy, il y a la rue des Michottes
55 Maulan
les bocaouès les têtards
55 Mauvages
les sarcloirs
55 Maxey-sur-Vaise
les sorciers
55 Mécrin
les maquins les verrats rime facile en patois
55 Méligny-le-Grand
les petites cuillères
55 Méligny-le-Petit
les gaillots les cabris ou les chevreaux
55 Ménil-la-Horgne les horgnaux


55 Menaucourt
les cûnôs les culs noirs
c'est un pays de forgerons, donc salis par la fumée
55 Ménil-sur-Saulx
les craipés les crapauds
55 Merles
les messieux
55 Mesnil-sous-les-Côtes
les fous
55 Milly-devant-Dun

les corbeaux
55 Mognéville

les dindons
55 Mondrecourt

les culs de bouteille
55 Montblainville

les ahuris
55 Mont-Devant-Sassey

les poltrons
55 Montfaucon-d'Argonne
les fugne étrons les fouille merde Voir Gesnes 55
55 Montiers-sur-Saulxy

les moineaux
55 Montigny-devant-Sassey

les écrevisses
55 Montigny-lès-Vaucouleurs
les bocawés les tétards
55 Mont-le-Grand
les loup-garous (sorciers)
55 Montigny-les-Vaucouleurs
les têtards
55 Montmédy Maidy
les coqs
55 Montplonne

les cPolonais
55 Montsec
les chaches ou chechots
les sacs on se moque des vêtements
55 Mont-sous-les-Côtes

les fous
55 Montzéville

les sachets de poux
55 Moranville

les sangsues
55 Morlaincourt
les tendlins Les hottes (de vendangeurs)
les moucherons

55 Morley
les bavettes Les bavards
les moucherons
On se moque de ceux qui parlent trop
55 Mouilly
les poux de bois
55 Moulotte les craipés
les crapauds
55 Mouzey
les museaux
55 Murvaux
les corbeauxs
55 Mussey
les troglodytes
55 Muzeray Muzeraye
les Pissenlayes de Muzeraye les pissenlits
55 Naives-devant-Bar
Les cochons
les culs brûlés
55 Naix-aux-Forges
Les railleurs
55 Nançois-le-Grand
les Bigogans
55 Nantillois
Les Paltadiers
55 Nantois
les galiches
55 Nepvant
les vanneaux
55 Neuville-en-Verdunois

les imbéciles

55 Neuville-lès-Vaucouleurs
les baburés les amateurs de babeurre
55 Neuvilly-en-Argonne les vervieux
les rabottés
les codorés (les coqs dorés en référence à la girouette du clocher)
Voir Pierrefitte 55

55 Nicey les chats crecéx
55 Noisseville
Les ouettes fesses les sales fesses
les langes
55 Nouillepont
s les chars à poissons
55 Nonsard
les orcas les jars
55 Oey
les loups
55 Olizy Olizie
les sorcies d'Olizie les sorciers
55 Ollières
les courtes oreilles en lien avec une épidémie
55 Ornes
les verrats
55 Osches
Les cobillâts les petits coqs
55 Ourches
Les oûgelots les oiselets
55 Pagny-la-Blanche-Côte
les sachets de poux
55 Pagny-sur-Meuse
les canes de Meuse
55 Parfondrut
Les Cabolâs
55 Parois (Clermont-en-Argonne)
Les verveux (ceux qui parlent trop) les pêche-lune
55 Peuviller
les buveurs de petit lait
55 Pierrefitte Perfitte
les intrepites (sans doute pour la rime) citation :
Pierrefitte n'est jamais sans glorieux
Longchamps sans buveurs
La Jurée sans loups
Erize-la-Grande sans fous
Courcelles sans débiteurs
Neuville sans plaideurs
Clermont sans moqueurs
(La Jurée est une forêt ; il s'agit de Neuvile-en-Verdunois)
55 Pierrefitte-sur-Aire Perfitte
les bourriques
55 Pierrevillers
les Pierrots
55 Pillon

les pimpants
55 Pintheville

les blancs culs
55 Pont-sur-Meuse

les goujons
55 Pretz

les navets
55 Quincy-Landzécourt Quincey
les denrées
les quinze pieds

55 Landzécourt de Quincy-Landzécourt
les corbeaux
55 rambluzin les Cocurons
55 Rancourt

les rôtis
55 Ranzières

les corbeaux
55 Rarécourt Laraïecoue les coquillates également les vanniers
55 Raulecourt
les jous
55 Récicourt R'çaïcout
les culs de hotte
les boucs

55 Récourt
les chaches ou chechots
les sacs on se moque des vêtements
55 Reffroy
les Chrestons
les pâgnottes
Chreston est en lien avec St-Christophe dont la paroisse possède une relique (une de plus)
55 Regnéville-sur-Meuse

les goujons
55 Remoinville

les groseilliers
55 Resson

les navets
55 Revigny
les visseaux les putois
55 Réville-aux-Bois

les chats huants le chat-huant est une chouette hulotte
55 Riaville
les engueulats les eugueuleurs
55 Richecourt

les coucous
55 Rignaucourt
les rignauvices
55 Rigny-la-Salle
les valets
55 Robert-Espagne
les tracaniers
55 Roises ou les Roises ?
les Cacriottes également les rouges
55 Romagne-sous-les-Côtes
les culs roussis
55 Romagne-sous-Montfaucon
les roulants (marchands ambulants)
les charpagnattes

55 Ronvaux les craipés
les crapauds
les veaux

55 Rosières-devant-Bar

les veaux
55 Rosières-en-Blois

les mutins
55 Rouvres-en-Woëvre

les vermines
55 Rouvrois-sur-Meuse

les geais
55 Rouvrois-sur-Othain

les chars à fumier
55 Rumont
les ramons les balais rime facile en patois
55 Rupt-aux-Nonains
les Russes
55 Rupt-devant-Saint-Mihiel
les Russes
55 Rupt-en-Woevre
les loups
55 Rupt-sur-Othain
les grognons
55 Saint-Aignan les pawteyes
du nom d'une bouillie
55 Saint-Amand-sur-Ornain
les plaideurs (comprendre les chicaneurs)
55 Saint-André
les poires sèches
55 Saint-Aubin
les aujourd'hui
55 Saint-Benoit ?
les bénets
55 Saint-Germain
les cancans
55 Saint-Hilaire
les pantoufles
55 Saint-Hilaire-en Woëvre
les jaunes
55 Saint-Jean-lès-Buzy
les loups
55 Saint-Joire
les jaunes
55 Saint-Julien les mirgaumes
55 Saint-Martin
les bacawins les têtards
les souris

55 Saint-Maurice-sous-les-Côtes
les coutias

55 Saint-Pierrevillers
les pierrots

55 Salmagnes
les boeufs

55 Samoigneux
les cornes de boeuf

55 Sampigny
les goujons
55 Sarrey
à propos de l'inefficacité : c'aut comm' l'san d'Sarrey qui n'guarit d'ran
C'est comme le Saint de Sarrey qui ne guérit de rien
55 Sassey
les tarterins
55 Saudrupt
les commères on se moque de ceux qui parlent trop
55 Saulmory de Saulmory-et-Villefranche
les crapauds sous le lit
55 Sauvigny
les loups
55 Saulmory-et-Villefranche les fugne-étrons
les fouille-merde de Villefranche
55 Saulx-en-Woëvre
les ours
les cochons
55 Sauvoy les sarcadots
55 Savonnière-devant-Bar

les sirènes
55 Savonnières-en-Perthois

les pierrots
55 Savonnières-en-Woëvre

les pouilleux
55 Senard Snâ
les Wandas de Snâ les pauvres d'esprit
55 Senon
les canettes
55 Senoncourt
les senoncourettes
55 Senonville
les chats-huant (la chouette)
55 Sepvigny
les têtards
les goujons

55 Seuzey
les rabuts les arrêt-de-boeuf (la plante)
55 Silmont

les goujons
55 Sivry-la-Perche
les cabocs les têtus
55 Sommedieue
les gruattes les foies
55 Sommelonne
les Calvins
55 Sorbey
les bocawés les têtards
55 Sorcy (Sorcy-Saint-Martin ?)
les souris
55 Sorcy-Saint-Martin
les tétards
55 Souilly
les loups
55 Soumazannes
les bocawés les têtards
55 Spada
les notillas les lentilles rime en patois
55 Taillancourt tavocoue les taille coue
les taille culs
55 Tannois

les cochons
55 Thierville

les hauts sur rien
55 Thillombois les têtes de bois
rime facile
55 Tilly-sur-Meuse
les messieux
55 Thonne-a-Long
les hannetons
55 Thonne-le-Til
les verrats
les barils (ça rime !)
55 Tourailles
les baise-cul
55 Trésauvaux

les sorciers citation :
Trésauvaux, qui gn'î d'sorcies que d'chevaux
Trésauvaux, où il y a plus de sorciers que de chevaux
55 Treveray

les tire-langues
55 Triaucourt

les Chicaneurs
55 Troussey
les troussaies-Bandeïes
55 Troyon

les grandes culottes
55 Ugny

les loups ; St-Loup est le patron de la paroisse
55 Vacherauville

les noires gueules
55 Vadonville
les Clicotins
55 Varennes ? Varannes

55 Varennes-en-Argonne
les Gengoult Saint Gengoult étant le patron des cocus, ce sobriquet ne semble pas très flatteur ; mais on peut aussi penser que c'est en lien avec la stèle de ce Saint construite près d'une fontaine miraculeuse sur la route de Binarville ?
55 Varnéville

les varnegueules
55 Varney
les cabus
une variété de choux
55 Varvinay
les loups
les moustiques
55 Vassincourt
les tarins
55 Vaucouleurs Vaucloue
les foireux voir Commercy
55 Vaudéville

les corbeaux
55 Vaudoncourt
les roupieux
les galeux
les coucous (de Vaudoncou)

55 Vauquois
les grimplets grimperaux parce qu'il faut monter pour y accéder
55 Vaux-devant-Damloup
les hannetons
55 Vaux-la-Grande
les jeunes veaux
55 Vaux-la-Petite
les peuts ermites les vilains ermites On ne sait rien de ceux de Vaux mais ailleurs, certains ermites, heureusement pas tous, avaient acquis une réputation sulfureuse à la veille de la Révolution. L'autorité cléricale s'efforçait de supprimer ces ermitages qui souvent, échappaient à toutes les règles aussi bien civiles que religieuses
55 Vaux-lès-Palameix
les chats
55 Vavincourt
les tavagnés
55 Véel
les jeunes veaux
55 Velaines
les tinottes
les barattes

55 Velosnes V'loûne les chinots les petits chiens
55 Verneuil-Grand les jards

55 Verneuil-Petit les tempêtes

55 Vertuzey les sachets de poux

55 Vigneulles-lès-Hattonchatêl Vigneulles-lès-Hattonchatêl, pends ton écuelle

55 Vignot les tarins

55 Ville-devant-Belrain les vilains (jeu de mots facile sur Ville-vilain)

55 Ville-devant-Chaumont les Bertaux
ce patronyme aurait été fréquent dans cette Commune
55 Villeroy-sur-Méholle ?
les hauts le cul
55 Villers-lès-Mangiennes
les corbeaux
55 Ville-sur-Cousances les batteurs de curé
55 Ville-sur-Saulx les craipés
les crapauds
55 Vilosnes-Haraumont ? les vilenies

55 Verdun
les musards qui musardent, qui s'amusent
citation :
Jamais vous n'avez traversé
Verdun sans y étre sonné
Étain sans y être moqué
Damvillers sans être crotté
Verdun comptait plus de 30 cloches dans 9 paroisses
55 Véry
les têtards
55 Vigneul-sous-Montmédy
les longs ventres
55 Ville-en-Woêvre
les gaillots les cabris ou chevreaux
55 Ville-Issey

les sangsues
55 Villeroncourt ?
les agages

55 Villers-aux-Vents les pawtis du nom d'une bouillie

55 Villers-le-Sec ?
Nôs-bréches

55 Villers-sous-Bonchamp
les baveux les bavards
on se moque de ceux qui parlent trop
88 Villers-sous-Pareid les corbeaux
55 Ville-sur-Cousances
les gaillottes les chevrettes
55 Villotte-devant-Louppy
les gaillots les chevreaux ou cabris
55 Vittarville
les pelles à feu
55 Void
les voyous jeu de mots facile
55 Vouthon-Bas les gaïès
>une bouillie grossière pour les périodes difficiles
55 Vouthon-Haut les loups
55 Wadonville-en-Woëvre Vâdonvelle
les goujons pâmés Voir Dannevoux
55 Waly
Voir Beauzée
55 Warcq les jars

55 Watronville
les tisonniers
55 Wavrille
les chats grillis les chats grillés
55 willeroncourt
les Baslots ironie à propos de la patronne, Ste-Barbe
55 Woël
les coulaoues d’awe les couleurs de l’eau On prétend que l'eau y était si boueuse qu'il fallait la filtrer avant de la boire
si cela est vrai, l'eau avait bien une couleur !
55 Woimbey
les grandes gueules
55 Xivray-Marvoisin
les sevrés sevré de Xivray, ça rime donc ça autorise tout !
57 Aboncourt Auboncot les prophètes
les communards

57 Abreschviller Abréchwîl les chèches les sacs allusion aux sacs à dos que portaient les bûcherons du lieu
57 Achain Ahhin
les petits moulins
les hannetons (protestants)

57 Achâtel de Sailly-Achâtel Auchèté
les crottes de cochons
57 Adincourt Adincot


57 Ajoncourt Aujoncot
les bandits
57 Alaincourt Alincot, Aulincot, Alicot


57 Albestroff
les mameloucks Il s'agirait d'une invective religionnaire entre protestants d'origines et de classes sociales très différentes
57 Alémont Aulémont


57 Altroff Aulto


57 Amanvillers Emanvèlers Lés Sèchats ou Chèchats ou chèchots les sachets
les taureaux
(en patois, un sèchat est aussi un estomac de porc qu'ici, on farcissait de chair à saucisse que l'on fumait ensuite)
aussi les sacs à braies à cause d'un sous-vêtement qui tenait lieu de maillot et de caleçon. Il est assez probable que "sèchat" ait le même sens
57 Amelécourt Aumenicot lés rayous d’plâte les arracheurs de plâtre serait dû à une carrière de gypse
57 Amnéville Emnévèle
voir Rombas
57 Ancerville Ansrevèle
les faiseurs de volettes la volette est un "dessous de plat" en osier pour poser la tarte et la refroidir. On se moque souvent des vanniers ou "charpagnates"
57 Ancy-sur-Moselle Ancey ou Ancèye Les Kènârs
les hohos
les culs noyés
les canards, sans doute proche de "cul noyé"
hoho signifie "paysan moderne" ; en lien avec le roulage des terres semées, une technique d'avant garde (en son temps)
on fabriquait du vin mousseux à Ancy qui s'appelait "le vin du pied chaud" (Léon Zéliqzon, les patois romans de Moselle, page 697)
57 Amelécourt Omnicot


57 Ancerville
les verrats

57 Angevillers
les bouillons de lièvre

57 Angviller-lès-Bisping
les museaux de boeuf
probablement en rapport avec la gourmandise
57 Angwiller Anwi


57 Antilly Ankyi ou Anteilley les autudis les tordus ou contrefaits (mal foutus)
57 Argancy Erkanci les guéyins du nom d'un fromage de garde fabriqué dans cette Commune
57 Arlange Arlinje

57 Arraincourt Erincot


57 Arriance les cinguiens ou sandjés ou les singuiés
ces mots signifient tous "sangliers il s'agissait de jurer sans blasphémer en remplaçant "cent Dieux" par l'un de ces mots qui, selon les parlés de villages, étaient phonétiquement proches
57 Arry Airey
les gasâsou ou gassâds ou gossâs les grosses gorges ou goitreux
57 Ars-Sur-Moselle

Les gueux
les ars ...ouilles ou
les bouchés
Les culs brûlé
gueux est un sobriquet injuste puisqu'il vient de la création d'une société alimentaire suite au choléra et à la pénurie de 1854
arsouille est un jeu de mots facile et assez récent
bouché est à prendre au sens "demeurés" ; un pélérinage annuel faisait venir quantité de victimes de maladies invalidantes
en 1807, un incendie détruisit la basilique et un pâté de maisons d'où le surnom "cul brûlé"
57 Ars-Laquenexy A-Lequenhy


57 Aspach Achpac
Voir Grondexange, c’est le même sobriquet
les corbeaux
expression : Vè t'an è Achpac waç que lés chins chijiont di vahh tabac',
Va t'en à Aspach où les chiens chient du vert tabac
57 Assenoncourt Assenonco lés wèrés (ouèrés) Les taureaux
les cochons

57 Attilloncourt Autioncot Lés foutus bêtes Les républicains... Parce qu'ils ne l'étaient vraiment pas !
57 Aube
les minjous d’aubate les mangeurs d’ablette l'ablette serait le poisson des pêcheurs médiocres
An val ink qu’è pèssé l’ ru d’ l’Aube En voilà un qui a passé le ruisseau de l’Aube (c’est un malin)
57 Aubecourt Aubecot


57 Audincourt Audîncot


57 Audun-le-Tiche Audeû ou owdu (en Lorrain-roman)


57 Augny Ownin ou Awegney
les malins il s'agit probablement d'une allusion au diable
57 Augny-sous-Grimont (ce village n'existe plus) les keulos
restes de chandelle
57 Aulnois-sur-Seille Auneus Lés fïhhs meusés les fiers museaux
57 Avricourt Avricot
les sabots
57 Ay-sur-Moselle
les souffleurs de crapauds ou les crapauds soufflés

57 Azoudange Âzoudanje lés fritchos les fritures (pêcheurs de goujons)
57 Bacourt les panous les peineurs
57 Bannay Bènaye


57 Barchain

les grenouilles
57 Baronville Bèronvèle lés mèrchands d’ l’vure les marchands de levure
57 Bassing les beusads
les brise-tout
les taureaux

57 Baudrecourt Baudrecot ou Bädrecot

expression : c'at d' lè täte de Bädrecot, y an-n-è ästant d'ssus que d'zos
C'est de la tarte de Baudrecourt, il y en a autant au dessus qu'en dessous
se dit d'une tarte peu garnie
voir Moulins-lès-Metz
57 Bazoncourt Bezoncot


57 Beauregard Bérewad


57 Béchy Bèhhi les épais panais
le panais est probablement le pan de chemise
57 Bellange B’lanje les fâyi de sèch les faiseurs de sacs
les gros propriétaires

57 Bénestroff Bèneuchtrof les maurions les petits maures ?
57 Berlize Belihhe, Burlize


57 Bertrange
les éléphants les habitants auraient pérpétués le port d'un pantalon à pattes d'éléphant, après la mode sous la restauration
57 Bettlainville Bètlèvèle


57 Beux
Beuyant
les raboyeux
Beuyant est un euphémisme injurieux et assonant qui remplace beuyard qui est un porc mâle ou un homme vivant dans la débauche
raboyeux aurait un rapport avec une maladie, peut-être la petite vérole ?
également les verrats
57 Bezange-la-Petite lè piate Bezinje lés saints
Lés vahhs rochats
Lés pahhous d’ gueurnouyes

Les verts habits
Les pêcheurs de grenouilles
les fermiers



57 Bidestroff les colas
57 Bioncourt les Hhofiats
lés rantyis
hhofiats : littéralement les soufflets mais employé ici pour dire asthmatiques ; probablement en lien avec une maladie pulmonaire
les rentiers

57 Bioncourt, écart d'Alincourt
les dindons dans le sens vaniteux, orgueilleux, prétentieux
57 Bisping (voir Albechaux)

les gueules de pains
les gros malins
les taons
malin est une allusion au diable
57 Bisping Albechaux
lé grands rochats les grands habits A la fin du 18e siècle, l'ermite Nicolas Janin ne quittait jamais sa redingotte d'où ce sobriquet
57 Blanche-église Bianche-Eglise lés gros vantes Les gros ventres
les truies
les sultans

57 Borny Bourney les boryeux
les turbulents, agités
boryer ou boriller en patois se dit d'une vache qui s'agite sous l'effet des douleurs précédant la mise-bas
57 Bourdonnay Bourdoneu les cawates
les cagneux
les petites queues

57 Bourgaltroff
les bats-caoués ou les bocs quawés(*) les têtards ou les boucs sans queue
également les marchands de poisson
on se moquait également des ménagères de cette Commune en disant qu'elles connaissaient une recette de pâté de tétards
(*) quawé veut dire à la fois "sans queue" et "qui a une queue". C'est le contexte qui donne le sens (L. Zéliqzon, dictionnaire des patois romans de Moselle, page 543)
57 Boussange Bossange


57 Bouzonville Bèzonvèle, bossonville


57 Bréhain Brehê
les vilains

57 Brulange Breulange
les alouettes parce qu'ils se lèvent tôt

57 Buchy Beuhhi ou Bouxey (plutôt Boussey ?) les meuhis
les moisis allusion à une épidémie de 1766 qui laissa des traces sur le teint des victimes rescapées
57 Buhl-Lorraine
les grenouilles
57 Burlioncourt Beurioncot, Brèioncot Lés fèyous de sèchs les faiseurs de sacs ou les raccomodeurs de sacs
57 Burtoncourt Beurtoncot les Beurions "beurre de canard" s'écoulant des yeux chassieux cette infirmité serait due à une ancienne carrière de chaux
également les hannetons (protestants)
57 Cattenom Kètenome en lorrain roman


57 Chambrey Chambreye Lés bèvads
les batardés (les batailleurs)
Les bavards
les baveurs d'insultes
les judas
les barbus
les rouges
citation :
On n’ séro m’ pèsser dans Chambreye sans ête moqué
ni dans Salônes sans ête crotté
on ne saurait passer dans Chambrey sans être moqué
ni dans Salonnes sans se crotter
57 Chailly-lès-Enery les foireux
57 Chanville Hhanvèle ou Chanvèle les hhanvelats ou chanvelats chanvelats est le nom patois des habitants et pas un sobriquet
sobriquet : lés fèyous d'volates = les faiseurs de volettes (claies en osier et plateaux à tarte)

57 Charleville-sous-Bois
Les bachebous les piverts pour la rime patoise mais aussi parce que pivert (bec-bois) est le surnom des professionnels du bois
57 Charly
Les grons d'hawatte les groins ou gueules de pioche il s'agit probablement de la même Commune que Charly-Oradour
57 Charly-Oradour
les pompiers
les Français
ayant largement démontré leur attachement à la France pendant l'annexion, cela valut le surnom de Français
57 Château-Bréhain Chèté-Bèhin Les bicawés
Lés nôres bodates
les têtards
les noirs nombrils
Curieusement, Léon Zéliqzon voit une notion de saleté des habitants dans "noire bodate" alors qu'à Puxieux et à Puzieux, ce surnom est relatif aux nombrils de cochons accrochés près de la cheminée et servant de lubribiant ?
les habitants seraient des pecheurs adroits. Ils connaitraient aussi une recette "de pâté de têtards" (moquerie)
57 Château-Salins Chèté-Salin Lés cravès d’fim les crevés de faim A l'origine, un fait dramatique pendant la famine de 1630-1640 dû à la guerre de trente ans
57 Château-Voué les porcs
les railleurs
Celui qui passe dans Château-Voué
sans être moqué
peut passer le pont de Dieuze
sans être attaqué
57 Châtel-Saint-Germain chèté lés Chèrbonieu
les cagots
les charbonniers
les grenouilles mâles
les châtrés
un grand nombre d’habitants était bûcherons donc faisait du charbon de bois
grenouille mâle pourrait être en lien avec la lèpre car ces batraciens ont des oreilles épaisses comme certains lépreux
57 Chazelles près de Metz Chèsèles Lés monsieus les messieurs la commune aurait compté beaucoup de gens riches à une certaine époque
57 Cheminot Cheminât, Chemenat, Chem'not les hhofiats littéralement, les soufflets mais dans le contexte, cela signifie les asthmatiques ; probablement en lien avec une maladie pulmonaire
57 Chénois Cheneûs


57 Cherisey Chèrehi, Collignon (vocabulaire austrasien) écrit Sarrixy, il voulait probablement écrire Sarriχy ? Lés chèrheyes de Chèrhi ou de Cherché les charrues de Chérisey
57 Chesny les kakions
les baragouineurs>
57 Chicourt Chicot ou Tchicot ou Checot ou Ch'cot lés constupés les constipés
les larges pattes
jeu de mot facile pour constipé ; larges pattes parce que les habitants se chaussaient de grosses savates
57 Chocourt Chôcot


57 Coin-lès-Cuvry les keulos restes de chandelle ou feu-follet
57 Coin-sur-Seille lés rojes-gosses les rouges-gorges les habitants auraient été victimes à plusieurs reprises de scarlatine caractérisée par des plaques rouges
57 Cocheren
les marchands de balais
les écureuils

57 Coin-lès-Cuvry les keulos
les reste de chandelle

57 Colligny Coyeni
les décharnés

57 Condé-Northen Les gâgates de Pètené
Les balourds de Nourtin
Gâgate serait une oie qui se laisse facilement berner
Balourd (inertie déséquilibrée) est ici un personnage pas très malin au physique mal dégrossi

57 Conthil Conté lés j’wous d’ biyard les joueurs de billard
57 Conthil Lidrequin
lés palés Les pelés
57 Corny-sur-Moselle Côrnîn ou Coûrni
les frèhhures
les fressures
les gueux
les Corny-chons (le chon est un lardon mais il est ici pour le jeu de mot)
57 Courcelles-Chaussy Cohhèle ou
lai Grant Kch'ell

les Huguenots Cohhèle signifie aussi petite cour. lai Grant Kch'ell : la Grande Courcelles pour la distinguer de la petite, Courcelles-sur-Nied
57 Courcelles-sur-Nied Kochelle ou Kch'ell ou
lai P'tiat Kch'ell

lai P'tiat Kch'el : la petite Courcelles pour la distinguer de la grande, Courcelles-Chaussy
57 Coutures
les daudiches ou dadiches forme patoise de claude et synonyme de niais
57 Craincourt Kriko ou Crincot Lés lahhes pètes les larges pattes
57 Cuvry les grognons
57 Dabo

Voir Hattigny
57 Dain-en-Saulnois
les dinottes
les dindes
57 Dalhain Daulhin Lés jouwous d’ câtes
les bing sûr
les joueurs de cartes
on se moque de l'accent local et de la répétition de la locution "bing sûr"

57 Dédeling Les petits vignerons
57 Delme Déme, Dimme Lés grands pènés Les grands jupons ou les grandes chemises
57 Desseling
lé taurés les taureaux
les picards
Lors du repeuplement de la Lorraine par immigration après la guerre de trente ans, beaucoup de Picards se sont installés à Desseling
57 Destry Dehhtri lés fwérous
lés tacsines
les foireux
tacsiner ou tocsiner : faire un charivari
foireux : coureurs de foires ou enfoirés au sens victimes de dysenterie ; également "les sans-soucis"
57 Diane-Capelle cope ou cape pour Capelle Lés hèrtads Littéralement :
les laboureurs mal équipés (sans doute en rapport avec l’église)
hèrtad est souvent employé comme synonyme de pauvre
j'é l'moté d'Cope : j’ai l’église de Capelle (je n’ai rien dans mon jeu de cartes)
l’église était réputée pour n’avoir aucune image pieuse ; c’était donc une église pauvre, de pauvres !
57 Dieuze Doüse lés milionères
les foireux
Les millionaires (par dérision pour leur vantardise)
les foireux sont généralement des gens qui aiment à se rendre à la foire mais parfois enfoirés au sens victimes de dysenterie

57 Domangeville Deminjevèle


57 Domnon-lès-Dieuze
les trayeurs de biques
on se moque des hommes qui accomplissent des tâches ailleurs réservées aux femmes
57 Donjeux Donjus lés antodus les tordus
57 Donnelay Doneleu Lés gros bounots les gros bonnets
57 Dornot Donat Les diâtes
Les diables également les mangeurs de chair (viande) et les montagnards et les altruistes
Citation :
I n’at m’ de Donat. Il n’est pas de Dornot
ce qui veut dire : il n’est pas généreux


57 Dorvillers Deurviler


57 Ébershviller
les ruinésles barbouillés

57 Elvange
les traîne-tripes
57 Ennery Aignery ou Annery
les fressures

57 Failly voir aussi Villers-l'Orme les keulaus
les guéyins
Personnage élu chaque année à Failly, le premier dimanche de carême, dont la dignité dure une année. (L. Zeliqzon)
du nom d'un fromage de garde fabriqué ici

57 Fameck Faumèc
les renards de Morlange (commune de Fameck)
les loups-garous (sorciers)

57 Faulquemont Fauquemont voir la citation
L’ at come lè vèche de Fauquemont, l è dous frèhheures èt point d’ kieûr
Il est comme la vache de Faulquemont, il a deux fressures et pas de coeur
Se dit d’une personne insensible
57 Faxe Fahhe


57 Fèves
Févots et févottes les fèves ou les haricots ou les féverolles jeu de mots on ne peut plus facile
57 Fey Faiey ou Fayt piat fèyou, grand blagou
petit faiseur, grand blagueur
57 Flevy
les fagoteurs (bûcherons)
57 Filstroff
Les tartes aux quetshes
les tétards
les vanniers
les loups pouilleux
les meurtriers

57 Flavigny Fievenîn


57 Fleury les fleu-fleu on se moque du bégaiement
57 Flévy
les fagotteurs
57 Flocourt
les culs rouges
57 Fonteny Font’ni Lés braconous les braconniers ou les grands braconniers
57 Fontoy Fonteû
les bouquineurs ou les fous le mot fou est à prendre dans le sens "chose inhabituelle"
57 Fossieux Fussieus lés r’téhhous d’chires les rempailleurs de chaises Les petits cultivateurs complétaient leur revenu en regarnissant des chaises ; les cultivateurs plus aisés se moquaient d'eux
57 Foulcrey Foulerey les fins becs
57 Fouligny Foleni les chevaux-tiqueurs es chevaux qui mordent

57 Foville Fouel
les petites prunelles
les fonds de bordel
que ne ferait-on pas pour la rime ?
57 Franconville
Lés Boyates les bouillottes Il y eut une fabrique de bouillotes dans la Commune
57 Fraquelfing Fràckling
les indolents
57 Frécourt Frécot


57 Frémery Frém’ri lés minjus d’ riz les mangeurs de riz
57 Fresnes
Lés Franeûs les frénois (nom patois des habitants, ce n'est pas un sobriquet)
57 Fribourg Fribo lé hâts chèpés les hauts chapeaux
57 Frontigny Frontenîn


57 Garrebourg

les fous Ce sobriquet n'a probablement aucun rapport averc la santé mentale. Il s'agit plutôt de souligner une extravagance
57 Gelucourt
lé oyes les oies
57 Gerbécourt Jèrbécot les belles bacelles de Jèrbécot les belles jeunes filles de Gerbécourt
57 Glatigny Guiètenîn, Glategney


57 Goin
Lés Vèches
les bocons
les vaches
bocon ou bacon selon les endroits (comme en Anglais) est le lard
gueux, gourmands et glorieux

57 Gondrexange Gondrehhanje les chains
waç qué lé chins chyont di vahh tabac
les chiens ou les sales chiens
où les chiens chient du vert tabac
le sobriquet de chien semble lié à un alignement d'anciennes cabanes faisant penser à des niches
expression locale : "come on fèt son leu, on drèm" comme on fait son lit, on dort
57 Gorze Goûhhe
Collignon (vocabulaire austrasien) écrit Gouxe mais ne serait-ce pas Gouχe ?
chin vahh chien vert, allusion aux chiens qui décoraient le pignon de la Mairie
les loups

57 Gravelotte les gravelots également les têtes de chiens
57 Gremecey Grèm’cé les Bocates les biquettes (chèvres) La chèvre est l'animal du pauvre
On se moque ici de la pauvreté
57 Grigy Grihi les bots
les crapauds
57 Grostenquin
les bourreleurs de fenêtes
57 Guébestroff Djébeuchtrof


57 Guéblange-lès-Dieuze Djeublanje les powottes
les grinchas
les rustres
les susceptibles

57 Guébling
les linas les lunatiques même explication que Clermont-en-Argonne
57 Guenestroff Djéneuchtrof lés minjûs d’ lârd les mangeurs de lard
57 Guermange Guèrmanje L at i r’té d’Guérmanje Il est un râteau de Guermange (maigre comme un râteau)
les grosses panses
jeux de mots : il ne Guermange et il a une grosse panse ! Un autre (voir Chicourt):
S'il ne Guermange, il Chicourt
57 Guinglange
les traîne-tripes

57 Guinzeling
les bouvreuils
les habitants auraient porté des vêtements aux couleurs ridicules
57 Habonville Haubwèvèle


57 Haboudange Hôboudanje
les gros châteaux
57 Hagondange Haugondange
les Anglais
peut-être en réponse aux Espagnols de Talange ?
57 Haguéchi
(non trouvée en Moselle)


les gourmands
57 Haie-des-Allemands (Richeval) Hây dez olmâ

Voir Lenoncourt
57 Hampont Hâpô Lés pahhous de dieurnouyes les pêcheurs de grenouilles
57 Hannoncourt Hhnöcot lés pwalous les poilus
57 Haraucourt-sur-Seille Harâcot ou Hérâcot les hawattes hoyau, houe manuelle instrument aratoire symbole des vignerons
également les arracheurs de pierres

57 Hartzviller Harsville les mounis
les étalons
rien ne dit qu'étalon soit la traduction de mouni mais ce mot signifie "entier", souvent employé pour dire "non castré" ;
étalon a ici un sens de brutalité
57 Hattigny Hètegné les loups citation :
Quand-on wol le châpcle dé Dabo,
col qti'-n-èré d' le piô
Quand on voit la chapelle de Dabo
c’est que l’on aura bientôt la pluie
57 Hauconcourt Hauconcot Haute Benotte Les haut-bonnets
57 Haut-Clocher

les étalons cassés (castrés ?)
57 Hayes

les loups
57 Havange
les pansus (grosse panse)
les fous
Il y aurait eu des comédiens qui auraient élu domicile à Havange ; d'où le surnom de fou, à cause des déguisements
57 Hellering-lès-Fénétrange
les marchand de levure
57 Hémilly Hèmli les cinguiens ou sandjés ou les singuiés
ces mots signifient tous "sangliers
il s'agissait de jurer sans blasphémer en remplaçant "cent Dieux" par l'un de ces mots qui, selon les parlés de villages, étaient phonétiquement proches
57 Héming
les gros bonnets

57 Hernicourt, territoire de Herny Arnicot


57 Hermelange l'île d'amour


57 Herny (voir aussi Hernicourt)

les culs de tisonnier
57 Hesse
lés j'nos littéralement les "je sommes"
Les proches voisins parlant un patois différent se moquaient de la conjugaison locale du verbe être (Voir Imling)
les habitants de Hesse disaient j'n'os au lieu de j'os (je suis)
les sorciers
Hesse est à une triple-frontière linguistique. On parlait le Lorrain-Francique à Sarrebourg, le Lorrain-Saulnois au Nord-Ouest de Gondrexange et le Vosgien à Hesse
57 Hilbesheim
les pondeurs d'oeufs
57 Imling Emlîn les nounottes les habitants parlaient un patois vosgien-mosellan moqué par les voisins. Nouno était leur façon de dire non.
Voir Hesse

57 Holacourt Holancot


57 Jallaucourt Jelaucot ou Jeläcot lés nöbes gueus les nobles gueux
les marchands de hareng

57 Jouy-aux-Arches Jayi Lés frèhhures Les fressures
les carottes
les malins

57 Jury Jeuri


57 Jussy Jeuhhi ou Jeussy lés péniats
les passe-polaires
les paniers : au marché, les habitants avaient l'habitude de dire : "pèrueü mo péniat" : prenez mon panier ce qui voulait dire achetez son contenu
une polaire, poulière ailleurs, est une petite porte aménagée dans une grande pour laisser passer les poules
les habitants auraient été assez diaboliques pour passer par les poulières afin d'espionner
57 Juvelize Jeuvelihhe Lés fèyous d’peühh
lés marchands de sàcisses
les lihhe carottes
les faiseurs de puits
les marchands de saucisses
les lie carottes
les puits servaient à capter de l'eau... Salée (de la saumure) afin de produire illégalement du sel
57 Juville Jeuvèle lés chyâds les chiards (gamins)

57 Juvrecourt Jur’cot les couchons les cochons
les loups

57 Kerprich Val-de-Bride Tièrpris lés marchands d’ pouères les marchands de poires (marchands de sottises)
57 Kerprich-aux-bois Kiérpiou ou Tièrpi
les loups
57 Lafrimbolle
les petits taons
57 Lafrimbolle Harcholin
les gros taons
57 Lagarde Lagatche, Lègätche, Lègäde les lègatiés (nom patois des habitants, ce n'est pas un sobriquet)
Les crâs. Expressions :
Lés crâs de d’Lagatche éront bintôt sè piê
les corbeaux
les corbeaux de Lagarde auront bientôt sa peau
(il n'en a plus pour longtemps)
autre expression :
L at nôr come i crâs d’Lagatche
Il est noir comme un corbeau de Lagarde
57 La Maxe lè Mâhhe
les dindons

57 Landange
les mésanges
au delà de la rime facile, les hommes auraient porté une calotte noire aux offices religieux
57 Landonvillers Landonv’ler
les hautes gueules

57 Landremont les hannetons (les protestants) Jean Vartier indique Landremont comme écart de Servigny-Lè-Roville en Meurthe-Et-Moselle. Il semble qu'il y ait confusion avec Sevigny-lès-Raville en Moselle et Landremont est rattaché à Silly-sur-Nied
57 Landorf Lâdrof


57 Landroff Chan-couve-poule
Jean-couve-poule
On se moque des hommes qui accomplissent des tâches ménagères
57 Laneuveville-lès-Lorquin Lèniévïle ou Lèynuvevile ou Lènvïle
Les grands méfiants péte vile, péte jans, péte ariye d’ofants
vilaine ville, vilaine gens, vilaine race d’enfants
L. Zeliqzon ne précise pas de quelle Laneuveville il s'agit
57 Langatte
les petits commerçants
les étalons cassés (castrés ?)

57 Languimberg
lé sandjés les sangliers
57 Laquenexy Lèquenehi, Lakeun’hi


57 Le Pays-Haut les coütiäds nom patois des habitants de la côte, de la montagne ; ce n'est pas un sobriquet
petite région du Nord de la Lorraine (Longwy, Thionville...)
57 Le Sablon Lo Savlon les salvonis (nom patois des habitants, ce n’est pas un sobriquet)

57 Légnéville ?
les pète-vile, pète jans pète arie d’ofants traduction incertaine : vilaine ville, vilaines gens, vilaine race d’enfants
57 Lemoncourt
les loups
57 Lemud Lemeu


57 Les Étangs

les éteints
les escobars

57 Lesse
les borelys les bourreliers
57 Lessy Lessey (en austrasien)

57 Letenbach Létébohh


57 Ley

les mouchards le village comptait des marchands ambulants accusés de dénoncer les "faux sauniers" (traficants de sel)
57 Lezey Elzey lés bigâds les jars ou les niais
57 Lhor les chieurs d'or (tout pour la rime) Selon la frontière linguistique, cette Commune est dans la zone francique mais ce sobriquet est bien roman ?
57 Libaville, ferme sur la Commune d'Antilly Erbeuvèle Lés féyous d’ mofe Les faiseurs (fabricants) de moufles
57 Lidrezing Lidrehin


57 Liéhon
les cons quand on cherche une rime facile...
57 Lindre
lés mèrchand d’pouhhons les marchands de poissons difficile de ne pas faire un lien avec l'étang de Lindre
57 Liocourt
les railleurs
les diables
57 Lohr Lwor


57 Lommerange
lés bieus les bœufs
57 Longatte
lé piots commerçants les petits commerçants
57 Longeville Longevèlle les minjous d’aubate les mangeurs d’ablette
les tripailles
l’ablette serait le poisson des pêcheurs peu doués
57 Lorquin Lôrquîn, Lôrtchîn ou Rworquîn ou Lworquîn les faux-cols
les fadas

57 Lorry-lès-Metz Lari ou Louri les Lariats ou lorions les loriots
les Huguenots
les boucs

57 Lorry-Mardigny Lés drahés
lés keure-teupin
les pains sans croute
les cure-pots

57 Lostroff Lochtrof


57 Louvigny Lovenîn (Loveney en Austrasien) les com'chés les tourtes de Nöel
57 Lubécourt Lebécot, Elbécot Lovenîn


57 Lubrécourt les hartads
les pauvres agriculteurs mal équipés
57 Lucy L’cy lés Bor’li ou boreli les bourreliers
57 Luppy
les culs rouges
les loups

57 Magny Mègni ou Mägny

Il existait une variété lorraine de raisin appellée "blanc de Magny"
dictionnaire des patois romans de Moselle page 574
57 Mainvillers
les sorciers

57 Maizeroi Mahereû


57 Maizeroy les cagnas
les paresseux
57 Maizery Mâherï les raboteux


57 Maizières Mâhïres ou Mèhéres Les hats hupès Les hauts huppés L. Zeliqzon cite les deux Maizières mosellans sans préciser si le sobriquet s'applique aux deux
57 Maizières-lès-Metz Lés manjous de grosse châ les mangeurs de viande autre que la volaille et le porc
57 Maizières-lès-Vic les haut-huppés (les riches et fiers)
Lés manjous de grosse châ
les mangeurs de viande autre que la volaille et le porc on n'est pas sûr de la Commune à la quelle s'applique ce sobriquet
57 Malaucourt ? les Saint Trouwant les Saint Juvain
57 Malaucourt-sur-Seille Malâcot lés marchands d’ grombïres les marchands de pommes de terre
les batailleurs

57 Malroy Malereû les crafiates
Li vîn d’Malereû,
tant pus qu-n-an bwèt,
put qu’i mat dreût
crafier : flâner ; mal travailler la terre
le vin de Maleroy,
plus qu’on en boit,
plus qu’il met droit
on se moque de la faible teneur en alcool
également les martin-pêcheurs et les flâneurs
57 Manhoué les ma-timbrés les mal timbrés Timbré en patois a le sens exactement inverse du sens familier en Français (timbré en Français=fou)
55 Many

les culs de pain
57 Marange-Zondrange ?
lés marinji nom patois des habitants de Marange. C'est aussi le prunier qui porte les maranjes
les jeunes faucons

57 Marange-Silvange
les baveux d'Silvange
les keunîns
les bavards de Silvange
les niais
les nèfles de Zondrange
baveux ; on se moque de ceux qui parlent trop
les nèfles symbolisent la pauvreté
57 Marange-Silvange Terruel
les lacsins les tocsins lacsin est le nom patois du charivari fait lorsqu'un veuf, ou veuve, se remariait
57 Mardigny Mèrdenîn


57 Marieulles
lés Mèrâches ou Mèrahhes boue épaisse, marais
57 Marimont-lès-Bénestroff
les faiseurs de perches
57 Marly Mâli


57 Marsal Mahhâ, Marsault en Austrasien les paures Les pauvres, en lien avec une léproserie sur le territoire communal Marsal, vilains trous, les femmes y sonr coquettes, les hommes y sont jaloux, il y pousse de la perce-pierre (passe-pierre ou salicorne)
voir Vic
57 Marsilly Mèhheli


57 Marthille Mârtèy lés tahh’rands et lés bocates les tisserands et les biquettes (chèvres) La chèvre est l'animal du pauvre
On se moque ici de la pauvreté
57 Mécleuves Mékieuve les bians bâtons
les blancs bâtons (de sorcières) ou les fous
57 Mercy Mehhi

On pense qu'il s'agit de Mercy-le-Haut en Meurthe-et-Moselle
57 Mercy-lès-Metz Mechy ou Mechly
plus anciennement Mexey ou Merchey
Lés Lechire
Aujourd'hui rataché à la commune de Ars-Laquenexy
57 Metz Mès ou Mèsse Les fwérous
les criquelins
les usuriers de Metz (disaient les nancéiens dès le 13e siècle)
fwérou : personne qui va à la foire ou qui a la foire (diarrhée). Ce sobriquet serait dû au nombre important de foires dans cette ville

Dans "Chronique de Metz 900-1552", page 1473 :
Et m'a dit le sieur Maguin qu'il appelloient les Messins "Criquelins" pour ce qu'ils se servoient lors à boire, de petites cruches de terre de Cologne, dites à Mets (Metz) et en Lorraine des Crucques plustost que de verre
On disait encore à la fin du moyen-âge : Metz la pucelle parce que ses remparts n'auraient jamais été percés par un ennemi
A côté, représentation d'une criquate dans le dictionnaire des patois romans de Moselle de Léon Zéliqzon


voir aussi les lignes suivantes ainsi que Pontiffroy,Plantières et Vallières
57 Metz-Borny les borilleurs de Borny Boriller se dit d'une personne turbulante, qui ne tient pas en place, qui bouge sans arrêt. On disait également cela d'une vache agitée par les douleurs prénatales
57 Metz-Chambières les goujons de Chambières
57 Metz, en Fournirue, rue de Metz Fourni-rue, rue des fournis ; un fourni était un fournil ou four en Austrasien.


57 Metz-Magny les Kémisses ou Camines désignaient les maisons fragiles construites hors des ramparts
57 Metz-Queuleu les Queues-leu-leu jeu de mots facile pour se moquer de la longue file de pélérins assistants aux processions des rogations
57 Mey Maiey en Austrasien les culs serrés (les avares)
57 Molring les peleurs de saules (les vanniers)
57 Moncheux le puits pour un puits d'eau miraculeuse
57 Moncourt Moncot lés vahhs rochats les verts habits le rochat était un habit de cérémonie, parfois appellé "queue de morue"
57 Montdidier Hâbô ou Hât-bôs qui signifie Haut-bois les tatads ceux qui vont écouter les blés de Pontoy

57 Montigny-lès-Metz Montenîn

57 Montigny-lès-Metz, quartier dit d'Alger les deys

57 Montois-la-Montagne les ripopés gens de petites extraction ou piliers de bar
également les hannetons (protestants)
57 Montoy
(la Montagne ?)
Monteü lés hèrlots
lés jans d'Monteû chïent tout dreût
Les hannetons
les gens de Montoy chient tout droit
que ne ferait-on pas pour la rime ?
57 Montoy de Montoy-Flanville Monteus les heurlots de Monteus qui chient tout dreut
les hannetons (protestants) de Montoy qui chient tout droit
les dames favorites

du nom des anciennes voitures légères assurant la liaison Metz-Moulin
57 Montrequienne Montretcheune


57 Morhange
les sorciers
les culs brûlés
les ruinés
la ville fut entièrement brûlée en 1401
57 Morville-lès-Vic
lés râyous d’pîr les arracheurs de pierres
les gueulards
les fins museaux
L'abbé Merciol, curé de la paroisse, réquisitionnait les habitants pour des fouilles archéologiques d'où les arracheurs de pierres
57 Moulins-lès-Metz Molîns les minjous d'täte
les minjous de chache tâte
les mangeurs de tarte
les mangeurs de tarte sèche
la tarte de Metz était réputée dès le moyen-âge
Au début du 20e siècle, Moulins était réputée pour la qualité de ses brioches
(que des bonnes choses, contrairement à Baudrecourt !)
57 Moussey Mousseu les foupis
les guenilles
57 Moyenvic
lés gagasses ou gaga les grosses gorges, goitreux ; voir également Vic Gasse en patois signifie gosier
57 Moyenvic-Salival
les corbeaux
57 Moyeuvre, Grande et Petite Mayeuve ou Moyoef ou Moyeûve Lés loups hèrous les loups-garous (sorciers)
57 Moyeuvre-Grande les loups
57 Moyeuvre-Petite Mayeuve ou Moyoef Lés loups hèrous les loups-garous
les renards

57 Mulcey
lés Hâtins les hautains
57 Mussy-l’Evêque, hameau de Charleville, Mouchi


57 Nébing
les loups
57 Neufchef Nieufchi


57 Neufvillage
les perdus

57 Niderhoff (voir Niederhof) les escargots
57 Niederhof (*) Nidréhaut Nidréhaut, lè cwode dons cô,
Qu’ é trânié 35 crapauds d’în cô
Niederhof, la corde au cou
Qui a étranglé 35 crapauds d’un coup
la corde serait l'étole d'un moine local qui aurait exorcisé 35 crapauds en un seul coup !
(*) Léon Zéliqzon, dans le dictionnaire des patois romans de Moselle, orthographie ainsi à plusieurs reprises tout en précisant qu'il s'agit d'une Commune de l'arrondissement de Sarrebourg.
57 Nitting
les boquious les bûcherons
les philosophes (peut-être à prendre au sens de la résignation face à la pauvreté ?
Ou les philosophes afficheurs : les vendeurs ambulants d’affiches et d’images

57 Noisseville Nwèssevèle Les lurèles les langes
57 Norroy-le-Veneur Nawreû (Norroy) ou l’Vinon (Le Veneur) Lés craulâd Les croutons
57 Northen Nourtin


57 Nouilly Nawyi
les péteurs de noyaux
le territoire devait contenir de nombreux vergers ?
57 Novéant-sur-Moselle les Noviantaux (habitants de Novéant) les bidets
les doigts de St-Nicolas (nom local d'un fossile)

57 Obreck Obrik Lés pahhous d’ègrâwisses les pêcheurs d’écrevisses
57 Ogy les jars

57 Olgy Alhi ou Oûhi
Collignon, 1773, écrit Allexy et Ollixey pour Olgy ; serait-ce Alleχy et Olliχey ?



57 Ommeray Omereu lés Eguièsses les pies la pie avait mauvaise réputation (voleur comme une pie). Dans la superstition, elle était l'oiseau de la mort
57 Oriocourt les belles bacelles d'Oriocourt les belles jeunes-filles
aussi les arracheurs de plâtre (sans doute à cause d'une carrière de gypse)
un pensionnat de jeunes filles y fut créé en 1860, ceci explique probablement cela
57 Orioncourt (il s'agit probablement d'Oriocourt) Rieucot


57 Orny Anin ou Oûrny, Orney en Austrasien lés chiyent tot gris les chient tout gris en lien avec l'épidémie de cholera de 1739
57 Ottange
les loups
57 Pagny-les-Goin les drahés les pains sans croute
les tious-tious
le drähé est une tranche coupée au milieu d'une miche de pain. Elle n'a pas de croûte. On utiliserait ce mot pour se moquer "de l'inconsistance" des habitants. le drähé peut aussi être une claie, ou une porte en latis, à claire-voie mais on voit mal l'utilisation de ce sens comme sobriquet ?
57 Pange Pinje
les chattes
57 Peltre Péte
les loups
57 Petoncourt Petoncot lès marchands d’fwin les marchands de foin
les ivrognes
marchand de foin serait à prendre au sens faiseur de foin, d'esbrouffe
57 Pévange Pèvanje lés sauvéjes les sauvages
les culs de porc

57 Pierrevillers Piérevelèï


57 Plantières commune annexée à la ville de Metz Piantïres
les moineaux
57 Plappeville (les anciens messins disaient Plateville) Piètevèle (Plateville) ou Pliètevèlle les bénètes les tabliers de cuir (habit traditionnel du vigneron)
57 Plesnois Pianeus
les grenouilles mâles
57 Pierrevillers
les grenouilles mâles
les chiens crevés
les chiens de goths
les épaisses oreilles (peut-être à cause de la lèpre ?)

57 Pommérieux Peumerieus lés ouyes
lés trons d'oûye
les vols fèrène ou ténébrions
les oies
les étrons (fientes) d'oie
les voleurs de farine
serait dû au mauvais état de la chaussée encombrée par des déjéctions diverses
voleur de farine est le nom lorrain de tenebrio molitor, un coléoptère dont le ver est un parasite de la farine. Ce nom était une injure à l'égard des huguenots
57 Pontpierre
les têtes de bois de charrue

57 Pontiffroy, rue de Metz Pontieufreû ou Pwètièfreû


57 Pontoy Ponteû
Pontoy-aux-Oies à cause d'une voirie piteuse
57 Pouilly Pawyi


57 Pournoy-la-Chétive Poneû lés troncs de vèche les bouses de vaches Serait dû à la saleté de la chaussée encombrée par des déjections d'animaux
57 Pournoy-la-Grasse Poneû les poneus
les chie droit
les poneus (pondeurs), calembour avec le nom patois de la ville et "poneüre", l'oviducte de la poule en patois, ce qui permet de se moquer des hommes qui accomplissent des tâches habituellement dévolues aux femmes
Il y a un nom de moulin à eau très particulier : "écoute s'il pleut". Ce nom n'est pas unique. Il était donné à travers toute la France aux moulins installés sur des cours d'eau à débit instable
57 Prévocourt
les marchands de chiens
les ivrognes

57 Puttelange Pètelanje mais ne s'emploie que dans la locution :
Madame de Pètelange : femme mal habillée (jeu de mots car pèt ou peute veut dire vilain : peute lanje = vilain linge)
57 Puttigny Peuteni ou Peukeni
les racleurs
57 Puxieux

Les bêtes ou les noirs-nombrils les nombrils de porc étaient utilisés pour lubrifier. Ils étaient pendus à une ficelle près de la cheminée et la fumée les noircissaient
57 Puzieux Puhieus, Pujieu lés neûrs bodates les noires bedaines ou nombrils
les bêtes

57 Queuleu

les queuleu-leu au delà du jeu de mots facile, il y voir une allusion à la procession des rogations qui connaissait une fréquentation importante
57 Ranguevaux

les sorciers À Ranguevaux, il y a plus de sorciers que de chevaux
57 Raville Rauvèle les rauvelats les mangeurs de bouillie Rauvelat est le nom patois des habitants, ce n'est pas un sobriquet
57 Réchicourt-le-Château Erchico lé marchands d’couchons les marchands de cochons
57 Rémilly Remyi ou Rèmli les malins
Qua lé kiache de Remiy fâ dinn,
lé ci d’utonco fâ boum po far vour qué l’a pu groûsse
malin est probablement une allusion au diable
quand la cloche de Remilly fait din,
Celle d’ Utoncourt fait boum pour faire voir qu’elle est plus grosse

57 Regnévelle les taureaux
57 Retonfey Piat-Mèrâhh, Petit-Marais, hameau de Retonfey les maures
57 Rezonville Rehonvèle ou Rejonvele Lés bresads les barbes de renard
les pattes d'oie
"la barbe de renard" était un accessoire vestimentaire pour repérer les lépreux. Ies lépreux ont souvent une rétractation des muscles des doigts qui suggérait des comparaisons avec des pattes d'oiseaux
57 Riche
lés guiarious ou diouroux les glorieux (orgueilleux) parce que si l'on est riche, on est forcément glorieux !
57 Richemont Rechiefmont (en Austrasien)
57 Rodalbe
les faiseurs de charrues
les attrapeurs de grenouilles

57 Rohrbach

les gueules de truies (probablement gourmands)
les fous
Ce sobriquet n'a probablement aucun rapport averc la santé mentale. Il s'agit plutôt de souligner une extravagance
57 Rombas Rombès, Rombär Vaut mieux éte sou è Rombär
Que d’écrever d’seü è Emnévèle
Il vaut mieux être saoul à Rombas
Que de crever de soif à Amnéville
Il faut comprendre :
il est plus agréable de s’amuser que de peiner au travail
les habitants de Rombas sont aussi appelé les épaisses oreilles, sans doute à cause d'une épidémie


57 Roncourt Roncot, roko


57 Rosselange
lés créfiotes (féminin pluriel) probablement le même sens qu'à Maleroy
57 Rozerieulles Rozieule ou Rouzelieure les rojes cogneules les rouges cornouilles (fruits du cornouiller)
57 Rugy Reuhi


57 Rurange-lès-Thionville
les loups
57 Sablons ? les savlonis, il s'agit du nom patois des habitants, ce n'est pas un blason populaire
les ours

57 Sailly-Achâtel ? les ravous de Sailly les rêveurs
57 Sainte-Barbe Lés cinguieus
il s'agissait de jurer sans blasphémer en remplaçant "cent Dieux" par l'un de ces mots qui, selon les parlés de villages, étaient phonétiquement proches
57 Sainte-Barbe Avancy Van’cy Les canards
57 Sainte-Barbe Gras Grâ N-y è i vlèje qu’at tojos grâ il y a un village qui est toujours gras (jeu de mots)
57 Sainte-Barbe Libaville Libauvèle
57 Saint-Epvre les bacarés


57 Saint-Julien-lès-Metz les govions
les goujons

57 Sainte-Ruffine
les crapauds
57 Schoeneck
les têtes de pipes
57 Saint-Epvre Saint-Eife


57 Saint-Hubert Sint-Hîmbé


57 Saint-Jure
Les fonûres les fourneaux ou les pelles à enfourner, on n'est pas sûr de la traduction
57 Saint-Médard
les putassiers
57 Saint-Privat-la-Montagne
les taureaux
57 Saint-Quentin sint-Qwîntin


57 Saint-Quirin Quouryin ou Saint-courien les panses de train il s'agit probablement d'une allusion aux métiers forestiers et aux trains des flotteurs
57 Saint-Quirin Heille les Heillotes
57 Saint-Quirin les Métairies les ripopées
les ch'vandiers
ripopée = pas grand chose
57 Sainte-Rufline Sinte-Reufène


57 Sally Sawyi


57 Salonnes Salons ou Salounes Lés bons jouwous de djiges
lés musads
Les bons joueurs de quilles
les musards (trainards, paresseux qui musardent)
Voir Chambrey

57 Sarralbe

les avaleurs de soupe à l’oignon ou
Les pourchasseurs de grenouilles

57 Sarrebourg Salebo, Dachsburg en Platt


57 Saulny Saunîn Sauniat ou sauniot

Sauniat et Sauniot sont les noms patois des habitants. Ce ne sont pas des sobriquets
57 Scy (Commune de Scy-Chazelles) Sciey en austrasien les reupäds
les goinfres ou les gloutons
les limaçons

57 Secourt S'court
les sourds
les cornichons (ce qui voulait dire les cocus)

57 Semécourt Semécot Lés Cacayes Les canailles au sens "gens de rien" dû à la présence d'une léproserie
57 Servigny-lès-Raville (écart de Frécourt) Srevenîn les macayes de Frécourt les grumeaux
57 Servigny-lès-Sainte-Barbe Srevenîn les Auboris les Eglantiers
57 Poixe de Servigny-lès-Sainte-Barbe Pwèhhiant
57 Sey
lés reupads les gloutons
57 Sillegny lés engole fèrène les avales farine injure destinée aux huguenots du nom d'un coléoptère (tenebrio molitor) dont le ver détruit la farine
57 Sillegny Loyville Loyville, peute ville, peuts hommes, peutes femmes, peute nature d'enfants
57 Silly-en-Saulnois les rettes les souris
57 Silly-sur-Nied Seli , S’li, Silley en Austrasien
les Huguenots
57 Silvange Sieulvange


57 Sivry Sevry
les mangeurs de moutarde
57 Solgne Soûgne, Songne
les borgnes Solgne, de grand renom, tout voleur, tout fripon
à cause d'un seigneur-brigand (pléonasme ?) qui rançonnait les voyageurs
57 Sorbey Sarbé ou Sorbeu


57 Sotzeling Sotseolin lés padus
les faquins
les perdus
57 Stoncourt Hhtoncot ou Chtoncot


57 Talange Taulange les tourottes
les toutos
à cause de leur goût pour le touron, une confiserie espagnole. Egalement les Espagnols (voir Hagondange)
les nigauds

57 Tarquimpol Tèquimpôl Les pètroyâds les pataugeurs la montée des eaux fréquente provoquait des ravages
57 Téting-sur-Nied les patriotes de Mehling
57 Thicourt les quatre pour un On dit que lors d'une bataille entre gamins de villages voisins, ceux de Thicourt se seraient mis à 4 contre 1
57 Thimonville Tieumonvèle les culs de poussatte
la poussatte est une bouillie épaisse qui libére des bulles d'air après sa préparation voudrait dire : les péteurs à cause d'une épidémie de dysentrie
57 Thionville Tionvèlle en Lorrain Roman

57 Tincry
les haouattes les bêchoirs (plutôt une houe manuelle qu'utilisait les vignerons, comme à Haraucourt-sur-Seille)
Ou les vantards

57 Torcheville
les torche-culs jeu de mots facile
57 Tragny
les traine-culs
57 Trémery Treumery
les hérissons

57 Tressange
les pouacres nom donné aux personnes sales sur elles
57 Turquestein Tréhhtîn
les hérissons
57 Vahl Wäy


57 Vallières-lès-Metz (ancienne commune réunie à Metz) Vèlires ou Valïres les Taquins
ses habitants avaient, parait-il, un esprit de contradiction fort développé
57 Vannecourt Ouenco les gourzons
victimes du goître
les loups

57 Vantoux
les vermines

57 Vany Vânin ou quelque fois Varneûs les keulaus

le keulau est un personnage élu à Failly, le premier dimanche de carême dont la dignité dure un an (L. Zeliqzon)
57 Varize Wèrihhe


57 Vatimont Vautieumont
les culs de chaudron allusion probable à la saleté
57 Vaudoncourt
les roupieux
les morveux
57 Vaudoncourt Plappecourt Piètecot (Platecourt)
les Braconniers Désignerait des protestants ayant suivi un seigneur local, Paul Le Braconnier
57 Vaux Vaus lés jantiyomes d'en Vaux
les boyons
les gentilhommes de Vaux
les jarettières
également les gueux
57 Vaxy Wèhhi
les sans-souci
Ou les marchands de lampes

57 Vergaville
lés mèrchands d’bié Les marchands de blé (marchands de blé était synonyme d’affameurs, de provocateurs de pénurie)
ou les fous
Le sobriquet "fou" n'a probablement aucun rapport averc la santé mentale. Il s'agit plutôt de souligner une extravagance
57 Vernéville Wèrnanvèle ou Weinévèle


57 Verny Lè boune don diale
lé bowads
la borne du diable
les aboyeurs
lé bowads (aboyeurs) est le surnom donné par des protestants ayant à se plaindre des catholiques de Verny
57 Vezon ? les rayeux de keuhhe
les Phhotes
les arracheurs (écorcheurs) de cuisses qui se grattent jusqu'au sang
nom d'un lieu de pélérinage

57 Vezon-Marieulles
L’at come lès jans d’ Vezon,
l’at è tauye jusqu’au maton
 
Il est comme les gens de Vezon,
Il est à table jusqu’au menton
(c’est un gros mangeur)

57 Vic-sur-Seille Vy les friands
Vic,Mwayinvic, Marsal,
Lès vilins trous,
Les fomes y sont coquètes
Les homes y sont jalous
Vic, Moyenvic, Marsal,
Les vilains trous (ces villages)
Les femmes y sont coquettes,
Les hommes y sont jaloux
Les friands
Vic était "la capitale de la temporalité" des évêques de Metz
57 Vigny Vegney en Austrasien lés boquîns les cabris ou chevreaux
57 Vigy Veji les teurlots

57 Villers-aux-oies Velés-aus-Ouyes


57 Villers-Laquenexy Velés-Lèkeun'hi


57 Villers-lès-Plesnois Velés-d'lés-Piäneüs


57 Villers-lès-Stoncourt Velés-d'lès-Stoncot


57 Villers-l'Orme (Voir Failly) Velés-l'Arme les keulaus
le keulau est un personnage élu chaque année à Failly, le premier dimanche de carême, dont la dignité dure une année. (L. Zeliqzon)

57 Vionville
les pattes de coq les lépreux ont souvent une rétractation des muscles des doigts qui suggére des comparaisons avec des pattes d'oiseaux
57 Vittoncourt Utoncot Balhé
Pardi ou Padi
les Guèdäds
balourd, pataud
juron patois équivalent à pardieu
également les "barbus ahuris"
57 Viviers Vivyis ou Vivieu lés söreyis les sorciers
les fouleurs (de raisins)

57 Voimhaut Wèmhaut lés grousses gasses les grosses gorges sans doute lié au gloître
57 Volkrange les pokettes


57 Voyer Vouyér' les Gàgottes

57 Vrémy Wramey en Austrasien les piajants les bons vivants
57 Vulmont les culs de chaudron allusion probable à la saleté
57 Woippy Wèpi Lés wèrpoyes

57 Xanrey Hhanreu ou Hhanrè lés fèyous d’volates les faiseurs de volettes
57 Xocourt Hhöcot Lés tahhons les blaireaux
57 Wuisse les bûcherons
57 Xocourt

les blaireaux
57 Xouaxange Swagzonche ou Zouaxange On n’ sèrat pèssè è Swagzonche sons ête moquè èt è Hèt’nié sons ête botié on ne saurait passer à Xouaxange sans être moqué et à Hattigny sans être insulté
57 Zarbeling
Lés fianquâyes les efflanqués

57 Zommange
Lés cawates les petites queues

88 Aheville Oheiyeville les folons les frelons Probablement une allusion à un caractère peu sociable
88 Ainvelle les boireaux
88 Anglemont

les chauds culs (les chauds lapins) On peut s'interroger sur cette explication car en Moselle le chaud cul est un pressoir
88 Anould Anus ou Aunoud en patois de Corcieux, Aunu en Haute-Meurthe les gahouats les bavards (le poisson)
les glorieux

88 Aouze

les sorciers
88 Archettes Ochôttes
les navets
88 Aroffe
les souris
88 Attigny
les moqueurs
88 Aulnoy
les va cul nu
88 Autigny
les raouas les matous
88 Autreville les cugnons
les gratte-culs le gratte-cul est le cynorhodon, fruit de l'églantier. Il tient ce nom de la fibre qu'il contient et qui chatouille l'intestin lorsqu'on le mange. En Lorraine, on donne parfois ce nom au fruit de la rose
dicton : même la plus belle rose tourne en gratte-cul !
88 Autrey Autrèye les chosses oroïlles
les biancs monès ou lè bias mounayes
les oreilles sèches
les blancs moines (à cause de l'abbaye)
les autrichiens : a probablement pour origine les quatres premières lettres qui sont communes

88 Aviller Advler les bocs les boucs
88 Avrainville Et-Vrainville


88 Aydoilles Les Dôles


88 Badménil-aux-Bois Bodméni
les dix-neuf c'est qu'il resta de la guerre de trente-ans, hommes et maisons comprises
88 Bains-les-Bains les benous
les baigneurs jeu de mots facile
88 Balleville les pôres et glorioux
les pauvres et glorieux ce sobriquet est généralement donné à ceux qui soutiennent le conservatisme
88 Ban-de-Laveline Av'lîne

88 Ban-sur-Meurthe Les Bohos, les bohenates les buses

88 Ban-sur-Meurthe ? Sachement Sachemot

88 Ban-sur-Meurthe ? Sondreville Sadrouïl

88 Ban-sur-Meurthe-Clefcy Les bohenates ; les bohos les buses

88 Barbey-Seroux Barbé-Sroux mais on disait volontiers Sroux à la place

Bien qu'aucun habitant ne soit responsable de quoi que ce soit dans cette affaire, il faut voir le retentissement de "lo grand discours" à partir de la page 48 :
http://www.vosges-archives.com/Portals/8/xNews/uploads/2017/3/27/Fonds%20Louis-Joseph%20Buffet%20(1818-1898).pdf
88 Battexey Batthheive


88 Baudricourt Baudricou

Proverbe de Damas-et-Bettegney :
Il est comme la vierge de Baudricourt, il fait plus de tours que de miracles
88 Beauménil Bèméni

la lettre L finale est muette comme dans le Français fusil ou grésil
88 Belmont Bémont


88 Bauzemont

qui peut aller à Bauzemont sans monter aura la plus belle fille du monde sans la demander
88 Bayecourt
les Tambois
88 Bazegney Baizegneiye les bevaîs ? ou bosacaïes les têtards
88 Beaufremont
les cutolongd
88 Begnecourt Begnécot


88 Bellefontaine Bâllefontaine


88 Belmont-sur-Butant Biamont les meûris également les hannetons
88 Bettegney-Saint-Brice Beuttneiye ou Bett'gneye les chairpaignes la chairpaigne ou charpagne est une corbeille. Ici, il s’agit de celle utilisée aux vendanges
88 Bettoncourt Beutoncot


88 Bleurville Breûl-vil Les Buzenets du nom d’un criminel local
88 Blevaincourt
les Espagnols
88 Bocquegney Bocqgneiye


88 Bouxières-aux-Bois Bohhères-oos-Baus


88 Bouxurulles Bouhhurulles


88 Bouzemont Bauzemot
Lo çue que pue allet et Bauzemot sans montet,
Ait let pus beile baisselle di monde sans let d’mandet
Celui qui peut aller à Bauzemont sans monter peut obtenir la plus belle fille du monde sans la demander
88 Brancourt les brancounos les braconniers
88 Brantigny Brant’neye les brantignots

88 Brouvelieures Brouv’lûres ou Broveliures


88 Bru
les queues de biqui (petit de la bique)
88 Bruyères Brouêres


88 Bult les bouottes les moucherons
88 Bussang les Bussenets (c'est le nom des habitants) les sang bu

88 Buzegney Beuhh'gneye


88 Chamagne Chaimaigne les chaimaignons ou les mentoux ou les marchands de mentries Chamagnons ou menteurs ou les marchands de gros mensonges les "mentries" (menteries) sont le surnom vosgien des complaintes éditées par l'imprimerie Pellerin d'Epinal. Les colporteurs qui vendaient ces "mentries" étaient logiquement surnommés les "mentous" (menteurs). Il y aurait eu beaucoup de colporteurs originaires de Chamagne qui vendaient de tout
A propos des cloches de ce village, elles disent du village voisin de Gripport : riches et mentous et de celles de Griport répondent : paures et diôroux (pauvres et glorieux)

88 Champdray Champdrâ les chie tot drâ
chie tout droit
rime facile
88 Le Champui-Chantré les bairaiquèyes, Bairaiquèyères au féminin littéralement : les baraques
Nicolas Haillant Essai sur un patois vosgien page 65
88 Charmes Chairmes
les messieurs ou les bourgeois
88 Charmois l'Orgueilleux Chormoué

88 Châtel-sur-Moselle Chetté
les seigneurs
88 Chatenois
les verrats
88 Châtillon-sur-Saône Chaityon

88 Chaumouzey Chaumouhèye

88 Chavelot Chov'lot

88 Cheniménil Ch'niméni
88 Chermisey
les vosses les guêpes (réputés peu sociables)
88 Circourt Circot


88 Clefcy Sclefseï ou Skieuvcé les Bohos ; les bohenates ; les torés les buses ; les taureaux

88 Clerey-la-Côte
les culs crottés
voir Moncel-sur-Seille, Moriviller et Saint-Clément
88 Clézentaine
les vesses de kènes de Clézentaine (ça rime !) les pets de canes vesse est un mot Français qui signifie "pet silencieux"
88 Corcieux Cor¸ue les forfelais ou forfelets
pourrait vouloir dire feu-follets, surnom lorrain des personnes vives, gaies, primesautières les habitants ont adoptés ce sobriquet comme gentilé
88 Cornimont les counétrés


88 Damas-Aux-Bois Dommâh (h expirée) ou Dommâr (r quasi muette) Nicolas Haillant écrit Domas les crâs les corbeaux Dom pour Dominus (Saint) et mar pour Médard
patron de la paroisse
St-Mard et St-Max (54) sont également sous le patronnage de St-Médard.
Voir St-Max pour la prononciation
88 Damas-et-Bettegney Daimais-et-Beuttneiye

Nicolas Haillant écrit Domas
88 Darney Darneye (Darneille)


88 Darnieulles Danieulles


88 Derbamont Dorbâmont
88 Destord Dètwod


88 Deyvillers Dèye-vilè
88 Dignonville les corbeaux
88 Docelles on entendait parfois : aussi ficelle qu'un papetier de Docelles
Cette réputation n'est pas surfaite si l'on se réfère à la malice de ce sacré coup de comm
88 Dogneville Dogneuville les blancs loups
88 Domêvre-sur-Avière Doméve les crochottes les grenouilles Nicolas Haillant écrit en patois, sans préciser le contexte, Lai mâhhe Doméve : la mauvaise Domêvre. En général, les sobriquets invoquant les grenouilles s'appliquent à des territoires humides donc pauvres pour l'agriculture
88 Domêvre-sur-Durbion les rouges cochons sans doute une conotation politicienne
88 Dommartin-lès-Remiremont Dommaitin
les picosés
les crevâs d’pesés
picosé : quelqu'un qui est riche de bien ou... Riche de dettes !
crevâs d'pesés : crevé d'indigestion après une bien maigre bombance de quelques petits-pois

88 Dommartin-sur-Vraine Dommaitin les cuisses de blancs poulains
88 Dompaire Dompare Lo çue que vat et dompaire sans affaire pue allet pa tot let terre Celui qui va à Dompaire sans affaire peut aller partout sur la terre Il faut comprendre :
bien malin qui irait à Dompaire sans rien se faire prendre...
88 Dompaire-la-Vieville Dompaire-let-Vie-Ville


88 Dompierre les raou-raou
les matous

88 Domptail ? les sombeaux
les sans bois
88 Domrémy-la-Pucelle Domremeil les bewlottes ou buirottes les burettes on se moque de leur maniaquerie à graisser trop souvent les roues de chariots
88 Doncières les badiauds
88 Escles les Equayes
les Voinés
les Maupoteyes

88 Eloyes Les Lôyes
les vantards
88 Entre-deux-Eaux La Planchette Lè Piâhhate lis sorcîs dè Piâhhate les sorciers de La Planchette Selon la superstition, La Planchette aurait été un lieu de sabbat du diable
88 Epinal Pinau les pinaudrés ou pinaudreyies pinaudré est le nom patois des spinaliens, ce n'est pas un "blason populaire" mais le terme est toutefois ironique

les gens d’Epinal
"les gens d’Epinal" est une formule voulant souligner le mépris qu'auraient les habitants de cette ville pour les communes voisines
Également le titre d'un roman historique de Richard AUVRAY
Il se disait aussi :
si tertous les cocus de Pinau avaient chacun sa corne sur son toit,
Pinau ne serait plus qu'un grand bois
88 Essegney El-Sgneiye


88 Evaux-et-Ménil Evoos-et-Meni ou
Lo Meni-Evoos ou
Evoos lo bon vellaige



88 Fignévelle
les brise-écuelles
ça rime !
88 Fiménil Fimèni


88 Fomerey Fomerèye

88 Fontenay Font'na
les renards
88 Fontenoy ?
dictons de Fontenoy :
quand lo sleuil lût lo jo das Ros, lo meyot vient su las tots
quand le soleil luit le jour des Rois (épiphanie), le millet vient (pousse) sur les toits (voir Romont)
quand è pieut lo premeil jou das Rogations, è put ai lai fenaison, lo second ai lai mochon, lo trojième ai lai vodoge
quand il pleut le premier jour des Rogations, il pleut à la fenaison, le second jour à la moisson, le troisième à la vendange
88 Fontenoy-le-Château Font'no

dicton local :
lo raisi de moés d'avri ne vai pas do las barils
le raisin du mois d'avril ne va pas dans les barils
88 Fraize lé sna chmèl
les héros

les sans-semelle
ce sont les voisins de Fréland qui utilisaientt le sobriquet "sans semelle" (traines-savattes)"

88 Fraize-Belrepaire
les Loups

88 Fraize-Clairegoutte Kiairegotte


88 Fraize-Mandramont Mandraumot


88 Fraize-Mazeville Mauseville


88 Fraize Sèches-Tournées Saches-Tonâies


88 Frambéménil Frambèmèni


88 Frébécourt les beulats ceux qui toussent tout le temps
88 Fréville
les têtards
88 Frizon Fréhon les frisous
les tambois

88 Gelvecourt-et-Adompt Gelvécot-Et-Adomp


88 Gendreville
les sorciers

88 Gérardmer Giromouè ou Girômèye ou Girômè ou Girâmè
Djuraumè en Welche

Se c’ nir’ de Giroumoué eco ïn tant si peu d’Nanceye, Lè Lorraine èn serò cét' ré. Si ce n’était de Gérardmer, et un petit peu de Nancy, la Lorraine ne serait rien ! dédain de la part des Géromois qui voient leur ville comme la plus importante !


88 Gerbépal Gerbépau ou Geurbépau les Forfelets

88 Girancourt ? Girancou
88 Gircourt-les-Vieville Gircot-let-Vie-Ville les chins (chiens) par opposition aux voisins
De Vieville surnommés les chaittes (les chats)

88 Gircourt-sur-Durbion Gircourt-les-Belles-Filles les Herr Voir Haillainville et Serres pour le sens de herr quand aux belles filles, ce serait par dérision car les très mauvaises langues disaient qu'il n'y en avait pas de fille plus peute qu'à Gircourt, mais c'était de très mauvaises langues !
88 Girmont Germont
88 Gironcourt-sur-Vraine les verroilles les verriers
88 Godoncourt les Godonculs

88 Gorhey Gaurheiye


88 Grandvillers Garandvillè
les Boucs
88 Greux
Greux los bocqueïes
Qu’ nont qu’ eun ch’ minge de cueïe
qu’ot co piéïne de peuïe
Greux les boucs
Qui n’ont qu’une chemise de cuir
Et qui est encore pleine de poux
En Français, on perd la rime
88 Granges Gringe


88 Gruey-lès-Surance Gruèye
les Tokonais
88 Gugney-aux-aulx Gugnè-ye ou Ghiueiye-oos-oos les grosses gauhhes les grosses gorges (goitreux)
88 Hadigny-les-verrières les hegneys ceux qui hénissent hennir se dit hégné en patois vosgien
88 Hadol Hâdo
88 Hagécourt Haigecot


88 Haillainville
on prononçait parfois Hali-inville dans la 2e moitié du 20e siècle
Halanville-au-Haut-clocher (1557)
En 1704, un ouragan détruisit cette tour de plus de 30 mètres qui ne fut pas reconstruite aussi haute
les herr
les fourmis (acharnés au travail)
tête de Bouh'gnon (tête de Bourguignon). Voir aussi Hardancourt
Herr en patois se traduit par hère mais n'a pas le même sens. Les hères : les riches, les messieurs
allusion aux "riches laboureurs" ; voir Serres
Vers 1640, il ne restait presque plus personne au village après les ravages des Suedois et ceux de la peste. On fit venir des bourguignons pour repeupler le village mais la cohabitation se passa mal, d'où l'injure tête de bouh'gnon
À Haillainville, mieux vaut être cheval que femme de herr
Les laboureurs faisaient la compétition pour avoir les plus beaux chevaux. Ils avaient la réputation de mieux soigner leurs animaux que leurs épouses.
Le cheval et les fourmis font partie du blason officiel de la Commune
88 Happoncourt ? les poncounottes

88 Harchéchamp
les r'voyas du Chatelet les retours du Chatelet le Chatelet était une prison parisienne. Le sobriquet signifie donc : "repris de justice"
88 Hardancourt
la petite Prusse (à cause des Alsaciens optant en 1871 et installés au village)
les Bourguignons
on sait que Haillainville a accueilli bon gré, mal gré, des Bourguignons après la guerre de trente ans alors pourquoi pas Hardancourt ?
88 Harol Hairoo ou Hârô


88 Hautmougey Hautmougeye


88 Hennecourt Henneco ou Hènnecou les cahourtes les citrouilles
88 Hennezel Henn'zé

88 Hergugney Herguneiye


88 Housseras
les grandes oreilles
les sangliers
au début du 20e siècle, on disait parfois "Housseras les belles filles"
88 Hymont
les fous

88 Igney Ignèye


88 Jainvillotte les Chettas
les Chats
les Chicaneurs
On prêtait aux habitants la faculté de se transformer en chats pour espionner les villages voisins
88 Jarménil Jarméni


88 Jeanménil
les chaminaux ou les châ-châ les chats
88 Jésonville Josonville les raidillonnés qui sont à flanc de côteau
88 Jeuxey Jeuhhèye


88 Jorxey Jauhheiye les soquattes les souches d’arbre
88 Jubainville
les colbiottes les bûchettes
88 La Baffe Lai Boffe
88 La Bresse lâs grôs Bressaûds les gros Bressauds sobriquet attribué par les Gérômois decidément très en verve !
88 La Chapelle Lè Chèpelle, Lai Chaipalle


88 La Croix-aux-Mines les Bos è queue
les Creuhés
les crapeaux à queue
les croisés

88 La Croix-aux-Mines Le chipal Lo Chipau

88 La Hardalle (Anould) lè Hadau d'Aunou
88 La Houssière La Houssïre


88 Landaville les orfèvres on se moque de leur maniaquerie à tirer des sillons très droits
88 La Petite-Raon lé p’tiote Ravon

une ravon ou raon est la confluence de deux cours d'eau
88 Langley Langleiye


88 Laval-sur-Vologne Lèvau


88 Laveline ? Lôv’lîne les pettes du ban les pattes du ban pette signifierait plutôt chiffon, pour se moquer de la bannière promenée lors de la procession pour St-Marc
88 Le Clerjus Lo Tiorju

88 Le Grand Valtin Grand-Véti

88 Lemmecourt
les gros becs
serait synonyme de richesse
88 Le Ménil Lo Méni


88 Lépanges
les loups des jeunes gens se seraient affublés de peaux de loups pour comettre des forfaits
88 Lerrain les boquins les conducteurs (bergers) de boucs ou encore les boucs Ce sont surtout les voisins de Vallois qui se moquent ainsi de la pauvreté supposée de Lerrain
88 Les Voivres Ouév ou Ouéf
88 Les Vallois Les Vollots
88 Le Tillot Ti-yo (sans article devant) les Guédons

88 Le Tholy lo Niû Motèy (le neuf moutier qui signifie église) les ca frans ou qu’â frans Selon la tradition orale de cette Commune, les habitants auraient payé à boire aux fidèles venant de loin lors de l'inauguration de la nouvelle église. Ceux-ci se seraient alors exprimés :so ca francs (sont bien aimables). Mais d'autres Vosgiens moins bien intentionnés prétendent que so ca francs signifie "qui s'exprime grossièrement" ! le cafran est également le nom du sous-dialecte (division patoise) que l'on parlait au Tholy, à Laforge, à Vagney, au Mourot et à Julienrupt
88 Lépanges

les loups certains habitants se seraient déguisés en loups-garoux pour commettre des vols qui leur valurent une condamnation à mort
88 Lerrain
les boquins les boucs
88 Les Ableuvenettes Les Aubieuvenettes


88 Les Thaons
les Totoyes
88 Le Valtin Lo Véti ou Lo Vätïn les Vétinés
les Valtinois ; les Vétinates au féminin
dans un conte de Eugene MATHIS publié en 1925 on lit :
"les gens de Schmâlich (je ne dis pas Valtin)"
88 Liézey les pouhhâs
les poisseux
les habitants récoltaient la résine de sapins qui était utilisée pour le calfatage des bateaux
également les cochons
88 Liffol ? Liffou


88 Longeroy Longeroiye


88 Maconcourt
les bons Jesus

88 Madegney Maid gneiye les crapoods les crapauds
88 Mandray Mandrâ les Mandresés (nom patois des habitants, ce n'est pas un sobriquet)
les képous
les loups (ce n'est pas la traduction de képous mais un autre sobriquet qui souligne l'âpreté au gain supposée)
dicton qui se moque de la rudesse du patois local : quand a crômait lis longuèjes, lis Mandresés veneument lis dérés et, comme î n'è demourait pus qu'ïn, is feunnent oblijis de le pare po ne mi ète forcis de hawèr
lorsque l'on distribua les langages, les habitants de Mandray arrivèrent les derniers et, comme il n'en restait qu'un, ils furent obligés de le prendre pour ne pas être forcés d'aboyer
88 Marainville Maireinville


88 Maroncourt Maironcot


88 Martigny-les-Bains les tourneux ou les toneüils ceux qui tournent en rond, peut-être à cause des curistes.
Selon le livre "statistique historique et administrative du département des Vosges", ce surnom viendrait d'une coutume judiciaire appellée "tourne tuille" qui leur permettait de changer de juridiction

88 Martigny-lès-Gerbonvaux

Martigny-les-Voleurs Pris pour midi, pendus pour une heure
Quand on y crie ; aux voleurs, tout le monde se sauve
88 Mattaincourt Maittaincou


88 Maxey-Sous-Brixey
les Makinvilles (ville de verrats)
les culs crottés
les sobriquets de ce genre font allusion soit à une terre argileuse donc collante et salissante, soit à une voirie en piteux état, salie par des excréments d'animaux
88 Mazelay Maihiaye (Mé-hiè-ye)
88 Mazirot les enfouingis les enfumés
88 Médonville
les Réveils-Matin

88 Méménil les hannetons
88 Ménarmont
les nâres chettes les noirs chats
les pots de camps

88 Ménil les pôres et glorioux
les pauvres et glorieux
88 Midrevaux

plus de sorciers que de blancs chevaux
88 Mirecourt Mirco ou Mircou les hoches-culs les hoche-queues Les vers suivants ne peuvent venir que de Mirecourt :
Vaurien comme un spinalien
Grossier comme au val de St-Dié
Poltron comme à Remiremont
À rebours (au contraire) comme à Mirecourt
88 Monthureux-sur-Saône
les beaulés pour désigner des personnes qu'ils n'aimaient pas, les Vosgiens disaient : "les beaux-là", beaux-lé en patois
55 Mont-lès-Neufchâteau
les bots gens de petites taille ou crapauds et autres batraciens
88 Moriville
les loups
88 Morizécourt
les kénas les canards
88 Mortagne Motonne
les poures chosses les poires sèches
88 Neufchâteau Nieuchaité ou Nieufchaité les jaques ; les jacrès les geais (cet oiseau aurait été massivement apprivoisé à Neufchâteau)
d'autres pensent que c'est une allusion à une jacquerie mentionnée par Dom Calmet

88 Nomexy Nome'hhèyie Se prononçait NOME'CY au 20e siècle. H. Lepage l'écrit NOMCI
88 Noncourt les lavottes les lavandières
88 Ortoncourt Votiocot-les-Blosses
les blosses sont des prunes et parfois, une variété de reine-claude ; mais blos au masculin et blosse au féminin désignent une contusion, "un bleu" ou une "beugne" ce qui conviendrait mieux pour railler les habitants Blosse est un nom propre vraisemblablement originaire de Lorraine
54 Padoux Podoux les loups rime facile
54 Padoux les Rayeux
A Padoux, on disait de ce qui était abrupt ou empesé :
c'est raide comme la justice de paix des Rayeux
les Rayeux sont un écart de Padoux qui n'a jamais eu de justice de paix !

54 Pallegney Pagneyie les canards
les oies
88 Plainfaing Pièfaing les crève-la-faim
les fin pleins
rime facile et le pays était très pauvre avant l'ère industrielle
inversion des syllabes pour dire "complétement saouls"
88 Plainfaing La Hardalle lè Hadaude Piéfaing ou lè Hadou Voir la fiauve très drôle en patois : la pompe de la Hardalle et la traduction
88 Plainfaing Le Rudlin Lo Rudli
88 Pleuvezain Piohouzel
88 Plombières-les-Bains
les enchaudés
les plumerets
les échaudés ou les culs échaudés, jeu de mots faisant référence aux sources d'eau chaude
Quant à plumeret, on ne sait si on remplace le plomb de Plombières par de la plume ou si l'on médit sur la légèreté des moeurs des curistes ?
Rappelons que cela est fort ancien, les romains faisaient déjà des cures à Plombières !
88 Pompierre les Pompirats


88 Portieux Porçue


88 Poussay Pouhha ou Pohhay ou Pouhhay


88 Pouxeux

on entendait parfois : aussi gueux qu'un courtier de Pouxeux (ça rime alors tout est permis !)
88 Punerot
les veiots
les godinots
les petits veaux
les petits boeufs (petits godins)

88 Puzieux C. Mirecourt

les fous Ce sobriquet n'a probablement aucun rapport averc la santé mentale. Il s'agit plutôt de souligner une extravagance
88 Racecourt Raicecot
les loups car les jours de fête, les habitants fermeraient soigneusement les portes pour éviter les pique-assiettes
88 Rainville
les boulies ou beleyes (bouillie)
les keulas (béliers)


88 Rambervillers Rambiélè Rambiélé, têtes de vés (pour la rime) les têtes de veaux
5 clochers, 400 cloches (4 sans)

88 Raon-Aux-Bois Ravon ou Rovon
A la mode de Ravon, à la table jusqu'au menton
on accusait les habitants d'avoir réhaussé les pieds de table pour raccourcir la distance de l'assiette à la bouche
Expression : il est de Ravon !
(il n’est pas très malin)
en patois, un ravon ou raon est la confluence de deux cours d'eau
88 Raon-L-Etape Ravo

88 Rapey Roopeu

voir la fiauve du berger de Rapey :
https://drive.google.com/file/d/0BxAmROKu0ZJiUHI3X1RCeDhiQ0U/view
88 Rebeuville
les navets
88 Regney Regneiye


88 Remiremont R'mérmô les foiroux les poltrons
les foiroux (foireux) (coureurs de foires ou enfoirés au sens dysenterie
On disait aussi :
dans la ville de Remiremont,
on aime à se donner du renom
88 Renauvoid R'nau-ouè

88 Rochesson
les Rochechnas merdeux
88 Rollainville
les hannetons
88 Romont
dictons locaux : quand i pieut és Ros, lo lin viet su las tots
quand il pleut aux Rois (épiphanie), le lin vient (pousse) sur les toits. voir Fontenoy, Vosges
Ai lai Saint-Barnabé, fomme tes navets. A la St-Barnabé, sème tes navets
locution de Romont : cassè so sobo ; casser son sabot ; se disait à propos d'une fille enceinte ne pouvant espérer le mariage avec le père
88 Rouceux
les têtes de moutons (petites têtes)
88 Rouvres-la-Chétive
les pilotes
88 Roville-aux-chênes les zoneux
les bourdons (réputés peu sociables)
88 Ruaux les fous dé Riaux
les fous de Ruaux fou au sens stupide. On prêtait aux habitants la volonté de vouloir noyer un brochet ou d'enterrer vivantes les taupes pour s'en débarrasser
88 Rugney Runeiye


88 Ruppes
les cornes de bélier

88 Rupt-sur-Moselle
les vaudés le sobriquet ne s'appliquerait pas seulement à Rupt mais à tous les habitants de la vallée
88 Saint-Amé
les potarlacas littéralement : reliquat de pot mais le sobriquet signifie les racleurs (nettoyeurs) de pot
88 Saint-Dié-Des-Vosges Saiont-Dié ou Saint-Die
Sin-Di ou Sèn-di en Welche
Se c’ n’tait des Giromoués, qu’os-ce que ce s’ro des prihhos d’Saiont-Dié ? Si il n’y avait les gens de Gérardmer, à quoi serviraient les prisons de St-Dié ? Sorte de réponse au dédain des habitants de Gérardmer (voir cette ville)
88 Saint-Etienne-lès-Remiremont les serzains les sarrazins
88 Saint-Gorgon
les riches en gloire (version lorraine des "nobles gueux") les habitants se seraient opposés à la loi de séparation de l'église et de l'état
88 Sainte-Hélène les guinguènes
les beurlés de moulin
les femmes bavardes
les cliquets de moulin
les pouilleux
pour bien faire comprendre qu'on prenait ses habitants pour des gueux, on disait à ceux qui étaient invité à St-Hélène : vos appoutrà vot châ et vot vin, et vos eras lo pain ; vous apporterez votre viande et votre vin, et vous aurez le pain
88 Saint-Julien
les culs de chiens on peut penser que ce sobriquet est simplement une rime facile. Il faut cependant avoir à l'esprit que plusieurs communes sont ainsi blasonnées pour se moquer de la pauvreté. Les "culs de chiens" sont des nèfles, le fruit du pauvre
88 Saint-Laurent Saint-Lauro

88 Saint-Léonard Saint-Ninâ

88 Saint-Maurice-sur-Mortagne
les loups
88 Saint-Nabord Saint-Naihouô les loups
88 Saint-ouen-lès-Parey
les écouvillons
88 Saint-Vallier Saint-Valleiye


88 Sanchey Sonhhèyie (Son-hhè-ye)
88 Saulxures-sur-Moselotte ? les saulsurons


88 Sauville les sans bodotte
les sans nombril

88 Savigny Saivgneiye

voir Essey-la-Côte 54
88 Senones

on entendait parfois : Senones peut mettre sa culotte à l'envers sans ressembler au Roi Dagobert
allusion au palindrome (Senones se lit dans les deux sens)
88 Senonges
les sorciers
88 Seraumont
les boeillottes ou bewlottes ou buirottes les burettes on se moque de leur maniaquerie à graisser trop souvent les roues de chariots
88 Sionne les Sionnas

88 Socourt Hhaucot
les vingt-dieux les habitants feraient un usage immodéré de ce juron
88 Taintrux les Meuris
les hannetons
88 Tendon les Tôdas

88 Thaon Thovon

88 They-sous-Monfort les thiou-thiou (voir Drouville)
les tueurs jeu de mots avec le patois
88 Thiefosse les Kédalles

88 Thignécourt les pailles au cul
88 Trémonzey Trémonzeille


88 Ubexy Ubhheiye


88 Uriménil Ruméni


88 Urville les davés les dévots
88 Uxegney Euhh'gnèye


88 Uzemain Eiz'main


88 Vagney les Voinraux
également les Niais, sans doute pour la rime

88 Vagney Zainvillers

Zainvillers, ville dépravée, plus de polissons que de maisons
88 Val D’Ajol Vo d’Ejaû les Vaudejos (ce serait le nom des habitants) les andouilles
88 Valleroy-aux-Saules Vollo
88 Vallois Darney
les miqués
voir Lerrain
88 Valtin

ses habitants disent :
il faut se méfier du derrière d’un âne,
du devant d’une femme
et d’un notaire de tous côtés
88 Varmonzey Varmonzeiye


88 Vaubexy Vaub'hhèye ou Ouôb-hhè-ye
les pattes en l’air Les défenseurs du château furent facilement culbutés par l’assaillant
88 Vaxoncourt Vohhoncot les rouches pouhhés les rouges cochons
88 Vagney Wagnèye (Ouâ-gnè-ye)
88 Vecoux V'cou les picosés sauvages
picosé : quelqu'un qui est riche de bien ou... Riche de dettes !
88 Velotte-et-Tatignecourt Taitigniecot


88 Ventron les véternats


88 Vexaincourt Ouôhhonko
88 Vieville
les chaittes les chats
88 Villers Villers les pots de camp
88 Viménil les pinsons
88 Vincey Vinceiye les chnneiyes les chenilles
88 Viocourt les en retard d'un siècle
88 Vittel Vitté
88 Vomécourt
les taons
88 Vomécourt-sur-Madon Vomécot-su-Moodon


88 Vouxey

dicton local :
quand on ôye le tenore on avril, i faut se réjoï
Quand on entend le tonerre en avril, il faut se réjouir
88 Vrécourt les essuyottes les maniaques de propreté
88 Xaffévillers Chaffévillers les chiets h'olle les chariots à échelles
88 Xamontarupt Ho-mon-tiâ-ru, Chamontarupt
88 Xaronval Hho-ron-ouô ou Hharonvaà ou Hhoronvaux ou Hhoron-ouôou
ces noms patois se sont mués en Charonval à la fin du 19e siècle
les dousses-su-trauhhe les deux sur trois On dit que lors d'une bataille entre gamins de villages voisins, ceux de Xaronval ont lutté à 2 contre 3... Ou l'inverse ?
88 Xertigny Hhett'gnèye, Sonhhèye
ces noms patois se sont mués en Sertigny à la fin du 19e siècle

88 Xonrupt Hchonri hchon est un pont primitif formé d'une seule planche (chon) ; chonri en est le pluriel
voir les annales de la Société d'émulation du département des Vosges, année 1897, page 256
88 Xugney Hhugnèye
Gaume belge ou Lorraine belge pays de Virton et de Montmédy
Gaume Baranzy Barazi les Pichalits les pissenlits
Gaume Belle-Fontaine Bellefanténe les inglètes (ongles des porcs)
les cus d'lanténes

Voir Tintigny
Gaume Belmont Biémont

A-y-Ète, i sant tous braves et honiètes
A Biémont, il n'i en-nè pont ( pas de brave et honête ?)
Gaume Bleid Blèy les panîs d' blèy
les mèkions
les abrunés
les soyètes
les paniers de blé (jeu de mots)
les méteil (forme locale de culture du blé)
abruné=ergoté ; l'ergot est une maladie du blé
les petites scies
Gaume Chantemelle Tchanteméle les zoulous
les miélïs
les sarazins
Sarazins au sens africains : caractère peu sociable que l'on prête facilement aux étrangers ; zoulous a les même sens Voir Tintigny
Gaume Chassepierre Tchèssepîre les sokèts les souches d'arbre serait un moyen de se moquer de la sottise
Gaume Chatillon Tchèkion les Ramounîs (marchands de balais)
les guèmounis(marchands de grenouilles)
les Sablîs (marchands de sable)
les Piche-laciè (pisseurs de lait)

Gaume Chiny Tchini les Hotïs
les Tchinots
les porteurs de hotte
les roquets
Gaume Dampicourt Dampicou Les grandes Halètes
les pikous
la halette est la coiffure féminine traditionnelle en été en Lorraine
le pikou sert au teillage du chanvre
on note que pikou rime avec Dampicou
Dans cette société quasi autarcique, la culture du chanvre permettait de renouveler le tissu
Gaume Ethe Iéte les Cassîdjes (moquerie sur la façon locale de dire "qu'en sais-je")
les etiopyins (jeu de mots)
les roussias (roux)
les toufayes (mangeurs de pommes de terre)

A-y-ète, i sant tous braves et honiètes
Gaume Florenville Floravile les florentins
Gaume Gennevaux Djènevau les gros Tch'vaus (gros chevaux)

Moquerie : Djènevau
Djè n' vau rin
Djè n' vaudré jamés rin !
Gaume Gérouville Djèrouvile les oulines (chenilles)
les sabotis (sabotiers)

Gaume Gomery Goumeri les buchons buissons d'épines en rapport avec un caractère peu sociable
Gaume Habay Habâ
Les Habâs, pus d'dits quu d'fâts
les habitants de Habay, plus de paroles que d'actions
Gaume Habay-la-Neuve Habâ-la-Nieûve Rigoleûs la rigole était un quartier pauvre
les gens du rivage (auto proclamé)
Gaume Habay-la-Vieille Habâ-la-Viè les càkirans les coasseurs
Gaume Halanzy Halazi; les pichalis (pissenlits ?)
les fourmis
Gaume Harinsart Harinsât les Hoguèts ou Hoguaîs
les cus d'tchakà
On se moque de la prononciation locale des é ; et è
.
Gaume Herbeumont Harbûmont les Saglés
les tchins d'mauleûs
les sangliers
les chiens de malheur ?
Gaume Houdemont Hoûlemont les rocos
Gaume Izel Ijé les cokriès
les petits coqs
Gaume Jamoigne Djamogne
les barons
Jamoigne fut une baronnie
Gaume Lacuisine La Keûjine les Tordeûs
les Tordus
les tard-venus (à la messe ?)
tordu=mal-venu , noué ou encore tard-venu
Gaume Lambermont les ramounîs les fabriquants ou marchands de balais
Gaume Lamorteau La Moûrte-Awe (la morte-eau) les Agayans
les salamandres
dans la légende, la salamandre résiste au feu ; ironie puisqu'il n'est question que d'eau ici !
Gaume Latour Latou les dragons
les tratchèts
les gataus
dragons en référence à un régiment
Tratchèts pourrait signifier médisants "mauvaise langue" ou "langue de vipére"
également les loups
Gaume Les Bulles lès Bûles les brayârds
Gaume Limes les limeçons

Gaume Marbehan les fromages puants
Gaume Martilly Marcli les Marticots

Gaume Martué Martuwé Les marticots

Gaume Meix-devant-Virton au Méych Les ramoûnîs
les Faunèts
les Housètes
les Mexicains
fabricants de balais ?
les frelons
les grandes poches ou guêtres ?
allitération avec Meix
Gaume Meix-le-tige Les Brayâs
les Chyâs
les Pichâlis
les Warabaus
les braillards
les marcheurs disgracieux
les pissenlits ou pisseurs de lait
vers parasites des animaux
cette Commune ne fait pas partie de la Gaume mais cela ne l'empêche pas d'être raillée
Gaume Mortinsart les Hoguèts ou Hoguaîs On se moque de la prononciation locale des é ; et è idem à Villers-sur-Semois
Gaume Moyen Moyèng' les Mohinès

Gaume Muno les gayots
les waraus
les taureaux
les loups-garous
Gaume Orsinfaing les Hoguèts ou Hoguaîs On se moque de la prononciation locale des é ; et è idem à Villers-sur-Semois
Gaume Orval Ourvaû

Gaume Pin Pèng les Pintés

Gaume Rachecourt Ratchecou les chwognâs (sournois)
les pieuyeûs (pouilleux)
Gaume Robelmont Robîmont les Tahons
les taons
Gaume Rossignol Locheno les lochnots les rossignols
Gaume Rouvroy Rouvrwa les Oyelîs

Gaume Ruette Ruwète les rwétîs allitération avec le verbe lorrain rwater, regarder
Gaume Sainte-Marie-sur-Semois Sinte-Maro les Savarats
les cus d'awîye

Gaume Saint-Léger Siét-L'djî les Icayèts
les Toufayes
les Saclètis
les marchands de noix
les pommes de terre à l'étuvée
les porteurs de besace
Gaume Saint-Médard Sint-Maurd les bas-vintres
les bas-ventre (court-sur-pattes)
Gaume Saint-Vincent Savinsàt les cus d'tchacàs
Gaume Senonges les sorciers
Gaume Suxy Chuchi Les brocàrts
les loups-garous
les buchetîs
les tchotchots
les chevreuils mâles



Gaume Termes Térme les tchèts les chats ?
Gaume Tintigny Tintenî les Tintinieûs ou tigneûs teigneux les gamins apostrophent ceux de Belle-Fontaine :
Bellefanténe,
Cul d'lanténe,
Si j' t'attrape
Sus l'haut des Rappes,
Ju t'casse les inglettes
Avu des p'tites pierrettes
Gaume Torgny Toûrgni torgnolès Torgnoles
Gaume Vance Vance les Troufîs
les faubourins
les arracheurs de tourbe
jeu de mots pour les habitants du faubourg
Gaume Villers-devant-Orval Vilé-d'vant-Orvau les Tchèts
Gaume Villers-la-Loue Vilé-l'-Olu les Camoussès les moisis également les loups
Gaume Virton Virtang' les Hape-tchâs

les tribolèts
les sègneûrs d'la griédje-au bos
outil pour décrocher la viande à fumer dans la cheminée
les querelleurs
les seigneurs de la Grange-au-bois
Gaume Villers-sur-Semois Vilè les Hoguèts ou Hoguaîs On se moque de la prononciation locale des é ; et è
Gaume Watrinsart Watrinsaut Gentilé : les Watrchaus
Gaume Willancourt Viancou les Bounetis
les chàyas
les Gàgnâs
les loups
les poupas
les bonnet de nuit
démarche disgracieuse



Alsace, zone welche de langue lorraine
67 Fouchy les fouchottes les fourchettes
67 Maisonsgoutte les fourmis
67 Ranrupt les rabands les vagabonds
67 Rothau les hablas les hableurs On se moque de la prononciation locale. Il n'est pas impossible que les sobriquets soient inversés avec Waldersbach car la phrase qui les cite est ambiguë : page 194, Essai sur un patois du Ban de la Roche, J Oberlin 1775
67 Villé les lécheurs de plats
67 Waldersbach les grobiches les gros becs On se moque de la prononciation locale. il n'est pas impossible que les sobriquets soient inversés avec Rothau car la phrase qui les cite est ambiguë : page 194, Essai sur un patois du Ban de la Roche, J Oberlin 1775
67 Wildersbach Véldihhpo
68 Fréland Frallan lé Frala
68 Labaroche lè Barauwth ou Lébarowtche lé Barautché
68 Lapoutroie Lè Poutray
68 Le Bonhomme Lo Bonhamme
68 Hachimette Etchimètt
68 Orbey Orbèy léz Orbelé Dans la vallée de la Haute-Meurthe, on appelle Orbelès tous les habitants d'Alsace Welche
enne tête d'Orbelè une personne têtue
68 Pairis L'èbéyi
68 Tannach Tanè
70 Vauvillers Vauvellès si Montdoré l'vait lo cul,
Vauvellès serot foutu

si Montdoré levait le cul (faisait une ruade), Vauvillers serait perdu